"Un recours en appel" a été déposé afin que la responsabilité pénale d'Evelyn Hernandez soit examinée en deuxième instance pour "l'homicide de son bébé", a indiqué le procureur général dans un communiqué. Le 19 août, la jeune femme avait été acquittée, alors que l'accusation avait réclamé 40 ans de prison. Le code pénal salvadorien prévoit une peine de 2 à 8 ans de prison pour les cas d'avortement. Mais, dans les faits, les juges considèrent toute perte du bébé comme un "homicide aggravé", puni de 30 à 50 ans de réclusion. "Cet appel est la manifestation de la protection légale du bien juridique principal, qui est la vie d'un être sans défense qui dépend absolument du soin de sa mère", ajoute le parquet. (Belga)