"La seule raison évoquée par l'armée pour écarter notre dossier est que nous n'avions soi-disant pas de références", explique Grégoire Carton, cogérant d'Anti-Chute, qui estime avoir passé deux semaines sur le dossier. "Mais nous en avions puisque notre fournisseur vietnamien a fourni plus de 250.000 masques à un site californien de vente en ligne." Cette nouvelle procédure est engagée, "par principe" et "parce qu'elle donnera peut-être droit à une procédure en dommages et intérêts", précise-t-il. Un autre soumissionnaire exclu du marché a, lui aussi, introduit un recours en annulation au Conseil d'Etat, mais il ne préfère pas être cité "à ce stade de la procédure", a-t-il indiqué au Soir. Dans cette saga des masques, une autre société, "I'll be Bag", avait vu son recours rejeté par le Conseil d'Etat le 3 juillet dernier. (Belga)

"La seule raison évoquée par l'armée pour écarter notre dossier est que nous n'avions soi-disant pas de références", explique Grégoire Carton, cogérant d'Anti-Chute, qui estime avoir passé deux semaines sur le dossier. "Mais nous en avions puisque notre fournisseur vietnamien a fourni plus de 250.000 masques à un site californien de vente en ligne." Cette nouvelle procédure est engagée, "par principe" et "parce qu'elle donnera peut-être droit à une procédure en dommages et intérêts", précise-t-il. Un autre soumissionnaire exclu du marché a, lui aussi, introduit un recours en annulation au Conseil d'Etat, mais il ne préfère pas être cité "à ce stade de la procédure", a-t-il indiqué au Soir. Dans cette saga des masques, une autre société, "I'll be Bag", avait vu son recours rejeté par le Conseil d'Etat le 3 juillet dernier. (Belga)