Un représentant du tribunal de Khimki, près de Moscou, a indiqué que Naama Issachar, 25 ans, avait été reconnue coupable de trafic et détention illégale de drogue, selon des informations rapportées par l'agence russe TASS. Cette Américano-israélienne est en prison depuis six mois, accusée d'avoir fait entrer neuf grammes de cannabis en Russie. La drogue avait été découverte début avril dans ses bagages enregistrés alors qu'elle était en transit à l'aéroport Cheremetyevo de Moscou, entre l'Inde et Israël. Dans un communiqué, la mère de l'accusée, Yaffa Issachar, a déclaré vendredi être "choquée" que sa fille soit "détenue en otage" par la Russie. "Ce n'est pas une criminelle, sa place n'est pas dans une prison russe. J'appelle à l'aide le Premier ministre israélien", a ajouté Yaffa Issachar, qui demande "à tous les Juifs dans le monde de prier pour la libération de sa fille". Après le verdict, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé qu'il "apprécierait la volonté du président russe Poutine de prendre du temps pour s'occuper de ce problème", selon un communiqué de son cabinet. Le ministère israélien des Affaires étrangères s'est dit "très préoccupée" et a regretté une condamnation "sévère et disproportionnée". Alors que plusieurs pays occidentaux ont adopté ces dernières années des lois plus permissives sur la consommation de cannabis, la Russie reste à l'écart de cette tendance et conserve une législation très sévère en la matière. Selon un rapport de 2017 du Conseil de l'Europe, le pays possède le plus fort taux en Europe de personnes condamnées pour des crimes liés à la drogue, soit près d'un quart de la population incarcérée. D'autres étrangers ont été victimes ces dernières années de ces lois. Le mois dernier, une touriste américaine de 19 ans a été arrêtée à Saint-Pétersbourg et risque trois ans de prison pour avoir transporté de la marijuana. (Belga)