Début octobre, 18 dossiers à peine avaient été introduits, mais le rythme s'est accéléré lors des dernières semaines de l'année. "Le dernier jour, nous avons encore reçu plus de 70 dossiers", explique Steven Vanden Berghe, chef du service chargé du traitement des régularisations fiscales au ministère des Finances. Cette précipitation est liée à la hausse des amendes prévue cette année, explique L'Echo.

En 2017, elles passeront en effet à 22%, soit 2% de plus que l'an dernier. Pour les capitaux prescrits, l'amende augmente de 1%, pour atteindre 37%. Cette amende vient s'ajouter au taux normal d'imposition qui s'applique aux revenus cachés.

Malgré ce rush de dernière minute, les recettes pour le budget restent limitées. Seuls 59 dossiers ont été traités, ce qui représente pour le trésor public un revenu de 13 millions d'euros.

Début octobre, 18 dossiers à peine avaient été introduits, mais le rythme s'est accéléré lors des dernières semaines de l'année. "Le dernier jour, nous avons encore reçu plus de 70 dossiers", explique Steven Vanden Berghe, chef du service chargé du traitement des régularisations fiscales au ministère des Finances. Cette précipitation est liée à la hausse des amendes prévue cette année, explique L'Echo. En 2017, elles passeront en effet à 22%, soit 2% de plus que l'an dernier. Pour les capitaux prescrits, l'amende augmente de 1%, pour atteindre 37%. Cette amende vient s'ajouter au taux normal d'imposition qui s'applique aux revenus cachés.Malgré ce rush de dernière minute, les recettes pour le budget restent limitées. Seuls 59 dossiers ont été traités, ce qui représente pour le trésor public un revenu de 13 millions d'euros.