Dans ce message envoyé par mail vendredi après-midi, les groupes médias dénoncent un "projet abusif et déloyal de Proximus effectué en l'absence totale d'accord et d'autorisation de ses premiers fournisseurs de contenus". Selon les diffuseurs, des critiques avaient déjà été exprimées, et il avait d'ailleurs été demandé à Proximus de mentionner le défaut d'autorisation lors de sa conférence de presse de jeudi, ce qui n'a pas été le cas. Les diffuseurs s'inquiètent notamment du respect de l'intégrité de leur contenu. "Proximus s'arroge le droit de découper nos chaînes comme bon lui semble sans notre accord. Il segmente ainsi en toute illégalité une offre linéaire en une offre non linéaire, à la demande", précise entre autres un des signataires. (Belga)