"En 2011, la Région wallonne a versé quelque 400.000 euros pour l'ensemble des plaintes", a précisé Marc Bouhy. Ce montant global inclut seulement les réparations sur les véhicules, pas les indemnisations en cas de dommages corporels.

Selon Marc Bouhy, les plaintes mettant en cause le réseau routier et autoroutier régional sont contestées dans un cas sur trois. Il faut en effet que la responsabilité de la Région wallonne soit établie par une expertise.

La responsabilité d'un entrepreneur de chantier routier peut directement être engagée uniquement si les dégâts causés à un véhicule sont dus à un chantier en cours. Dans le cas d'un chantier fini, c'est la Région wallonne qui versera les dédommagements, avec la possibilité de se retourner contre l'entrepreneur pour vice, dans les limites de la garantie légale.

Les plaintes des usagers des routes de la Région wallonnes émanent majoritairement d'automobilistes. Ils réclament le plus souvent des dédommagements pour bris de vitres ou problèmes aux pneus, en raison de nids-de-poules ou de pertes de chargement (comme du gravier). Les plaintes de motards ne représenteraient quant à elles qu'une vingtaine de cas par an.

Parallèlement, 879 conducteurs ont introduit une plainte contre le gouvernement flamand durant le premier semestre de 2012. Bruxelles Mobilité ne peut actuellement fournir le nombre de plaintes concernant la voirie régionale de Bruxelle-Capitale pour la même période.

Le Vif.be, avec Belga

"En 2011, la Région wallonne a versé quelque 400.000 euros pour l'ensemble des plaintes", a précisé Marc Bouhy. Ce montant global inclut seulement les réparations sur les véhicules, pas les indemnisations en cas de dommages corporels. Selon Marc Bouhy, les plaintes mettant en cause le réseau routier et autoroutier régional sont contestées dans un cas sur trois. Il faut en effet que la responsabilité de la Région wallonne soit établie par une expertise. La responsabilité d'un entrepreneur de chantier routier peut directement être engagée uniquement si les dégâts causés à un véhicule sont dus à un chantier en cours. Dans le cas d'un chantier fini, c'est la Région wallonne qui versera les dédommagements, avec la possibilité de se retourner contre l'entrepreneur pour vice, dans les limites de la garantie légale. Les plaintes des usagers des routes de la Région wallonnes émanent majoritairement d'automobilistes. Ils réclament le plus souvent des dédommagements pour bris de vitres ou problèmes aux pneus, en raison de nids-de-poules ou de pertes de chargement (comme du gravier). Les plaintes de motards ne représenteraient quant à elles qu'une vingtaine de cas par an. Parallèlement, 879 conducteurs ont introduit une plainte contre le gouvernement flamand durant le premier semestre de 2012. Bruxelles Mobilité ne peut actuellement fournir le nombre de plaintes concernant la voirie régionale de Bruxelle-Capitale pour la même période. Le Vif.be, avec Belga