Selon De Morgen, Peter Claes, le numéro deux de la VRT, se serait mis à dos ces dernières semaines le reste du comité de direction, poussant le CEO à demander la démission de son lieutenant. Toujours selon le journal, le conseil d'administration aurait refusé la demande du CEO en raison d'un mauvais timing, alors que des négociations doivent avoir lieu avec le le gouvernement flamand sur un nouveau contrat de gestion. Des sources du Morgen soulignent en outre que Peter Claes aurait de bonnes relations avec le CD&V et la N-VA et aurait fait savoir qu'il ne s'opposerait pas aux projets de la N-VA pour le média public flamand. Le parti nationaliste flamand verrait d'un bon ?il une cure d'amaigrissement à la VRT, qui est déjà soumise depuis des années à un régime d'économies et de rationalisation. A l'inverse, Paul Lembrechts s'est prononcé sans ambages ces derniers temps contre de nouvelles économies et réductions d'emploi au sein de la chaîne publique flamande. (Belga)

Selon De Morgen, Peter Claes, le numéro deux de la VRT, se serait mis à dos ces dernières semaines le reste du comité de direction, poussant le CEO à demander la démission de son lieutenant. Toujours selon le journal, le conseil d'administration aurait refusé la demande du CEO en raison d'un mauvais timing, alors que des négociations doivent avoir lieu avec le le gouvernement flamand sur un nouveau contrat de gestion. Des sources du Morgen soulignent en outre que Peter Claes aurait de bonnes relations avec le CD&V et la N-VA et aurait fait savoir qu'il ne s'opposerait pas aux projets de la N-VA pour le média public flamand. Le parti nationaliste flamand verrait d'un bon ?il une cure d'amaigrissement à la VRT, qui est déjà soumise depuis des années à un régime d'économies et de rationalisation. A l'inverse, Paul Lembrechts s'est prononcé sans ambages ces derniers temps contre de nouvelles économies et réductions d'emploi au sein de la chaîne publique flamande. (Belga)