Au lendemain des élections, le Roi commence une série de consultations, notamment des présidents de parti. Le but : déterminer les possibilités de formation d'un gouvernement fédéral. Il nomme ensuite un informateur ou un formateur. Cette fois, il a nommé deux informateurs : le MR Didier Reynders et le sp.a Johan Vande Lanotte. Le duo va devoir défricher le terrain afin de dessiner les possibilités de coalition qui s'offrent aux différents partis politiques. Ils sont chargés "d'une mission d'information visant à identifier les défis à relever par notre pays, et les possibilités ainsi que les conditions nécessaires en vue de former un gouvernement fédéral", indique le Palais.
...

Au lendemain des élections, le Roi commence une série de consultations, notamment des présidents de parti. Le but : déterminer les possibilités de formation d'un gouvernement fédéral. Il nomme ensuite un informateur ou un formateur. Cette fois, il a nommé deux informateurs : le MR Didier Reynders et le sp.a Johan Vande Lanotte. Le duo va devoir défricher le terrain afin de dessiner les possibilités de coalition qui s'offrent aux différents partis politiques. Ils sont chargés "d'une mission d'information visant à identifier les défis à relever par notre pays, et les possibilités ainsi que les conditions nécessaires en vue de former un gouvernement fédéral", indique le Palais.L'informateur est "un responsable politique expérimenté, qui rassemble des informations auprès des différents partis quant à leurs points de vue et souhaits concernant la formation d'un nouveau gouvernement. Il vérifie comment une majorité peut être dégagée et avec quels partenaires", explique-t-on sur le site officiel belgium.be. Un rôle qui constitue "une extension et un approfondissement des consultations royales", indique le CRISP. Un informateur peut être désigné "lorsque les résultats des élections offrent plusieurs possibilités de former un gouvernement ou lorsque la formation d'un gouvernement pourrait s'avérer très difficile". C'est clairement le cas ici. Il s'agit d'une fonction qui relève de la coutume plus que de la procédure officielle, le premier informateur de l'Histoire a été désigné en 1935, au cours des négociations qui ont mené à la formation du gouvernement Van Zeeland I. La fonction s'est ensuite généralisée après la Seconde Guerre mondiale. Les informateurs doivent ensuite faire rapport au Roi - attendu ici le 6 juin - et le conseillent pour désigner un formateur. Dans d'autres cas de figure, le Roi peut immédiatement désigner un formateur, chargé de former un gouvernement. Outre ces deux rôles clés, le Roi peut faire preuve d'inventivité en cas de crise, comme cela a été le cas lors des fameux "541 jours sans gouvernements", de l'explorateur au médiateur en passant par le négociateur. Des rôles qui recouvrent en tout ou en partie les fonctions d'informateur. Au vu des résultats du MR et du sp.a, on peut se demander pourquoi le choix du Roi s'est porté sur Didier Reynders et Johan Vande Lanotte. On leur confie ce rôle en tant que connaisseurs, "sages" en quelque sorte, de la politique belge. "Ils ont tous les deux une carrière politique fournie, donc un carnet d'adresses étoffé, c'est important pour initier des contacts avec l'ensemble des familles politiques, mais aussi avec les représentants du monde social, économique et culturel", confirme Jean Faniel (CRISP) au micro de la RTBF. Didier Reynders, actuel vice-Premier du gouvernement démissionnaire, a été ministre sans interruption depuis 1999. Il avait déjà été informateur en 2007 après la victoire du MR aux élections et avait tenté de mettre sur pied une coalition "orange bleue". Mais les négociations n'avaient pas abouti, notamment en raison du refus de la présidente du cdH de l'époque, Joëlle Milquet, de laisser tomber le PS d'Elio Di Rupo.Johan Vande Lanotte est un ancien vice-Premier ministre et l'ex président du sp.a. Il avait déjà joué le rôle de "conciliateur" en 2010. Il avait depuis pris congé de la politique nationale, début 2017. Il s'est quand même présenté aux législatives du 26 mai après avoir cédé en janvier dernier l'écharpe maïorale à Ostende.