Pour qu'une déclaration de la Constitution soit approuvée, trois listes doivent être adoptées: celles de la Chambre, du Sénat et du gouvernement. Or, il est possible que l'équipe Michel n'adopte pas de liste, le MR, parti du Premier ministre, dont ce dernier est également le président, ne veut pas d'une déclaration de révision de la Constitution pour "ne pas ouvrir la Boîte de Pandore" institutionnelle. Les chefs de groupe Open Vld et Ecolo-Groen, Patrick Dewael et Kristof Calvo, ne l'entendent pas de cette oreille. Une révision de la Constitution n'implique pas une réforme de l'Etat et bon nombre des propositions déposées visent les droits fondamentaux, le climat, l'égalité homme-femme, la justice, etc. Selon le député libéral, ce serait "indécent" de voir un exécutif en affaires courantes bloquer une déclaration de révision si la Chambre et le Sénat adoptaient une liste. "Ca ne se fait pas", a-t-il dit en français. "L'angoisse d'une seule personne ne peut paralyser le débat", a averti M. Calvo. "Ne pas réformer notre Constitution, ce serait ça le cadeau fait aux populistes et aux nationalistes. (Belga)

Pour qu'une déclaration de la Constitution soit approuvée, trois listes doivent être adoptées: celles de la Chambre, du Sénat et du gouvernement. Or, il est possible que l'équipe Michel n'adopte pas de liste, le MR, parti du Premier ministre, dont ce dernier est également le président, ne veut pas d'une déclaration de révision de la Constitution pour "ne pas ouvrir la Boîte de Pandore" institutionnelle. Les chefs de groupe Open Vld et Ecolo-Groen, Patrick Dewael et Kristof Calvo, ne l'entendent pas de cette oreille. Une révision de la Constitution n'implique pas une réforme de l'Etat et bon nombre des propositions déposées visent les droits fondamentaux, le climat, l'égalité homme-femme, la justice, etc. Selon le député libéral, ce serait "indécent" de voir un exécutif en affaires courantes bloquer une déclaration de révision si la Chambre et le Sénat adoptaient une liste. "Ca ne se fait pas", a-t-il dit en français. "L'angoisse d'une seule personne ne peut paralyser le débat", a averti M. Calvo. "Ne pas réformer notre Constitution, ce serait ça le cadeau fait aux populistes et aux nationalistes. (Belga)