L'Agence continue d'examiner les cas connus d'"incidents thromboemboliques" parmi les personnes vaccinées avec ce produit, indique-t-elle. Son comité d'évaluation du risque poursuivra mardi ce travail et conclura lors d'une réunion extraordinaire convoquée jeudi, annonce l'EMA. L'apparition de caillots sanguins chez certaines personnes ayant reçu le vaccin AstraZeneca a poussé différents Etats à suspendre la vaccination avec ce produit sur leur sol, dès la semaine dernière. D'autres Etats, comme la France (mais aussi Italie et Allemagne), ont fait de même lundi, "par précaution". La semaine dernière, l'EMA avait déjà indiqué se pencher sur les cas ayant généré de l'inquiétude. Il y avait notamment eu un décès au Danemark. Jeudi, elle précisait que "le nombre d'incidents thromboemboliques parmi les personnes vaccinées" n'apparait pas plus élevé "que dans la population générale". On en comptait 30 en date du 10 mars, sur près de 5 millions de personnes ayant reçu une injection de ce produit dans l'espace économique européen, notait-elle. Tout en poursuivant l'examen de ces cas, avec "l'entreprise, des experts en troubles sanguins, et d'autres autorités sanitaires dont le régulateur du Royaume-UNI MHRA, vu son expérience avec l'administration d'environ 11 millions de doses du vaccin", l'agence rappelle lundi que "des milliers de personnes développent chaque année dans l'UE des caillots sanguins, pour diverses raisons". (Belga)

L'Agence continue d'examiner les cas connus d'"incidents thromboemboliques" parmi les personnes vaccinées avec ce produit, indique-t-elle. Son comité d'évaluation du risque poursuivra mardi ce travail et conclura lors d'une réunion extraordinaire convoquée jeudi, annonce l'EMA. L'apparition de caillots sanguins chez certaines personnes ayant reçu le vaccin AstraZeneca a poussé différents Etats à suspendre la vaccination avec ce produit sur leur sol, dès la semaine dernière. D'autres Etats, comme la France (mais aussi Italie et Allemagne), ont fait de même lundi, "par précaution". La semaine dernière, l'EMA avait déjà indiqué se pencher sur les cas ayant généré de l'inquiétude. Il y avait notamment eu un décès au Danemark. Jeudi, elle précisait que "le nombre d'incidents thromboemboliques parmi les personnes vaccinées" n'apparait pas plus élevé "que dans la population générale". On en comptait 30 en date du 10 mars, sur près de 5 millions de personnes ayant reçu une injection de ce produit dans l'espace économique européen, notait-elle. Tout en poursuivant l'examen de ces cas, avec "l'entreprise, des experts en troubles sanguins, et d'autres autorités sanitaires dont le régulateur du Royaume-UNI MHRA, vu son expérience avec l'administration d'environ 11 millions de doses du vaccin", l'agence rappelle lundi que "des milliers de personnes développent chaque année dans l'UE des caillots sanguins, pour diverses raisons". (Belga)