La Commission mixte du Plan d'action global conjoint "a été convoquée dans l'intention d'assurer la poursuite de la mise en oeuvre du JCPOA sous tous ses aspects et d'examiner les moyens de relever les défis découlant du retrait et de la réimposition de sanctions par les États-Unis contre l'Iran, ainsi que des récentes annonces de l'Iran concernant la mise en oeuvre de ses engagements nucléaires", ont indiqué les services de la cheffe de la diplomatie de l'UE. Des représentants de la France, de l'Allemagne, du Royaume-Uni de la Chine, de la Russie et de l'Iran participeront à cette réunion qui sera présidée par l'adjointe de Federica Mogherini, Helga Schmid, a précisé un communiqué. Les Européens ont mis en garde à plusieurs reprises contre l'escalade des tensions entre les Etats-Unis et l'Iran. Un conflit serait "extrêmement dangereux", a averti lundi Federica Mogherini à l'issue d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE à Luxembourg. La multiplication des incidents dans la région du Golfe font craindre qu'une étincelle ne mette le feu aux poudres. Les Européens tentent de désamorcer une grave crise et de sauver l'accord sur le nucléaire conclu avec Téhéran en 2015, menacé par le retrait des Etats-Unis et l'imposition de nouvelles sanctions. L'adjointe de Federica Mogherini, l'Allemande Helga Schmid, s'est rendue la semaine dernière dans la région et en Iran pour recueillir des informations. "Notre évaluation sur le respect de ses engagements par l'Iran ne se fondera jamais sur des déclarations, mais sur des faits, sur l'évaluation faite par l'agence internationale de l'énergie atomique (AIEA)", a insisté lundi Federica Mogherini. "Jusqu'à présent, au moment où je vous parle, l'Iran a respecté ses engagements. Si l'AIEA change son évaluation, alors nous évaluerons notre position", a-t-elle affirmé. (Belga)