"Cette nouvelle résurgence du virus (...) est survenue dans la zone de santé de Beni", dans la province du Nord-Kivu, a précisé le ministère dans un communiqué. "Le cas concerne un enfant de 3 ans de sexe masculin hospitalisé et décédé en date du 6 octobre", précise-t-il. Un prélèvement effectué sur l'enfant a été envoyé pour analyse à Goma, chef-lieu de la province, et s'est révélé positif au virus Ebola. Les équipes sont à pied d'oeuvre sur le terrain, assure le ministère, notamment pour assurer "le listage et le suivi d'environ 100 contacts à ce jour et la décontamination des formations sanitaires". "Grâce à l'expérience acquise dans la gestion de la maladie à virus Ebola lors de précédentes épidémies, nous sommes assurés que les équipes de riposte (...) parviendront à contrôler dans les meilleurs délais cette épidémie", conclut le communiqué. Début mai, la RDC avait déclaré la fin de sa 12e épidémie d'Ebola, durant laquelle 12 cas avaient été enregistrés, avec six décès et des centaines de personnes vaccinées. La maladie avait fait sa réapparition en février dans une zone du Nord-Kivu frappée entre août 2018 et juin 2020 par la plus forte poussée de fièvre hémorragique Ebola dans toute l'histoire de la RDC (3.470 infection, 2.287 morts). Identifié pour la première fois en 1976 en RDC (ex-Zaïre), le virus Ebola se transmet à l'homme par des animaux infectés. La transmission humaine se fait par les liquides corporels, avec pour principaux symptômes des fièvres, vomissements, saignements, diarrhées. Des traitements ont maintenant montré une certaine efficacité contre cette fièvre hémorragique, de même que des vaccins administrés dans l'environnement de cas positifs. (Belga)

"Cette nouvelle résurgence du virus (...) est survenue dans la zone de santé de Beni", dans la province du Nord-Kivu, a précisé le ministère dans un communiqué. "Le cas concerne un enfant de 3 ans de sexe masculin hospitalisé et décédé en date du 6 octobre", précise-t-il. Un prélèvement effectué sur l'enfant a été envoyé pour analyse à Goma, chef-lieu de la province, et s'est révélé positif au virus Ebola. Les équipes sont à pied d'oeuvre sur le terrain, assure le ministère, notamment pour assurer "le listage et le suivi d'environ 100 contacts à ce jour et la décontamination des formations sanitaires". "Grâce à l'expérience acquise dans la gestion de la maladie à virus Ebola lors de précédentes épidémies, nous sommes assurés que les équipes de riposte (...) parviendront à contrôler dans les meilleurs délais cette épidémie", conclut le communiqué. Début mai, la RDC avait déclaré la fin de sa 12e épidémie d'Ebola, durant laquelle 12 cas avaient été enregistrés, avec six décès et des centaines de personnes vaccinées. La maladie avait fait sa réapparition en février dans une zone du Nord-Kivu frappée entre août 2018 et juin 2020 par la plus forte poussée de fièvre hémorragique Ebola dans toute l'histoire de la RDC (3.470 infection, 2.287 morts). Identifié pour la première fois en 1976 en RDC (ex-Zaïre), le virus Ebola se transmet à l'homme par des animaux infectés. La transmission humaine se fait par les liquides corporels, avec pour principaux symptômes des fièvres, vomissements, saignements, diarrhées. Des traitements ont maintenant montré une certaine efficacité contre cette fièvre hémorragique, de même que des vaccins administrés dans l'environnement de cas positifs. (Belga)