L'accord soutenu à plus de 90% par les deux communautés universitaires est le résultat d'une prise de conscience commune que, pour se développer dans le paysage universitaire de demain, il faut un certain périmètre, a indiqué Jean Hilgers lundi soir. "Ce serait une désillusion cruelle si le décret attendu pour organiser les effets de cette fusion, c'est-à-dire lui garantir une neutralité absolue et une base légale certaine essentiellement en termes de financement et d'habilitations, ne devait jamais venir", a-t-il poursuivi. L'UCL est présente à Bruxelles depuis un demi-siècle. Aujourd'hui, son pôle d'enseignement à Woluwé représente plus de 10.000 étudiants, et l'UCL est l'un des premiers employeurs privés de la capitale, notamment avec son hôpital universitaire. "L'UCL et l'Université Saint-Louis demandent aujourd'hui que la dernière étape nécessaire pour rendre la fusion effective, une approbation politique, intervienne rapidement. J'espère sincèrement que la volonté affirmée massivement par nos communautés universitaires pourra être entendue", a conclu le recteur Vincent Blondel. (Belga)

L'accord soutenu à plus de 90% par les deux communautés universitaires est le résultat d'une prise de conscience commune que, pour se développer dans le paysage universitaire de demain, il faut un certain périmètre, a indiqué Jean Hilgers lundi soir. "Ce serait une désillusion cruelle si le décret attendu pour organiser les effets de cette fusion, c'est-à-dire lui garantir une neutralité absolue et une base légale certaine essentiellement en termes de financement et d'habilitations, ne devait jamais venir", a-t-il poursuivi. L'UCL est présente à Bruxelles depuis un demi-siècle. Aujourd'hui, son pôle d'enseignement à Woluwé représente plus de 10.000 étudiants, et l'UCL est l'un des premiers employeurs privés de la capitale, notamment avec son hôpital universitaire. "L'UCL et l'Université Saint-Louis demandent aujourd'hui que la dernière étape nécessaire pour rendre la fusion effective, une approbation politique, intervienne rapidement. J'espère sincèrement que la volonté affirmée massivement par nos communautés universitaires pourra être entendue", a conclu le recteur Vincent Blondel. (Belga)