Depuis l'annonce de début octobre, le conseil d'entreprise d'ING s'est réuni à six reprises. "Sur la base des informations que les représentants du personnel ont reçues, nous avons surtout l'impression que la direction n'a pour ligne directrice qu'une sévère réduction linéaire des coûts. Indépendamment des dégâts humains que cette opération va causer, nous nous interrogeons de plus en plus sur sa pertinence économique. Nous craignons qu'elle mette réellement en danger la survie d'ING Belgique", s'inquiètent le Setca, la CNE et la CGSLB. "Prétendre restructurer 12 domaines d'activité en même temps, tout en absorbant des filiales telles que Record Bank (...), et tout en réduisant dramatiquement le nombre de membres du personnel au risque de le démotiver, dénote d'un manque total de sens des réalités!", déplorent les syndicats, qui appellent la direction à "oser entamer le débat" avec les actionnaires, qui "portent également leur part de responsabilité". (Belga)

Depuis l'annonce de début octobre, le conseil d'entreprise d'ING s'est réuni à six reprises. "Sur la base des informations que les représentants du personnel ont reçues, nous avons surtout l'impression que la direction n'a pour ligne directrice qu'une sévère réduction linéaire des coûts. Indépendamment des dégâts humains que cette opération va causer, nous nous interrogeons de plus en plus sur sa pertinence économique. Nous craignons qu'elle mette réellement en danger la survie d'ING Belgique", s'inquiètent le Setca, la CNE et la CGSLB. "Prétendre restructurer 12 domaines d'activité en même temps, tout en absorbant des filiales telles que Record Bank (...), et tout en réduisant dramatiquement le nombre de membres du personnel au risque de le démotiver, dénote d'un manque total de sens des réalités!", déplorent les syndicats, qui appellent la direction à "oser entamer le débat" avec les actionnaires, qui "portent également leur part de responsabilité". (Belga)