"Cet appel concerne les personnes qui ont un background médical: des étudiants, des anciens médecins ou infirmiers...", avait expliqué Sven Heyndrickx, porte-parole du réseau Iriscare, l'administration bruxelloise pour la santé. "En cas de besoin, s'il y a par exemple trop de malades parmi les soignants, ils pourraient être sollicités pour venir renforcer les équipes des institutions de soin du réseau Iris à Bruxelles." Les volontaires peuvent s'inscrire en donnant leurs coordonnées via un formulaire accessible sur le site d'Iriscare. Les institutions agréées et subventionnées par la Cocom (Commission communautaire commune) et la Cocof (Commission communautaire française) qui ont besoin de renforts peuvent directement contacter les personnes inscrites. Actuellement, il n'y a pas de pénurie de bras dans les institutions de soins bruxelloises mais la hausse du nombre de cas positifs au coronavirus va augmenter la pression sur les hôpitaux au cours des prochains jours. (Belga)

"Cet appel concerne les personnes qui ont un background médical: des étudiants, des anciens médecins ou infirmiers...", avait expliqué Sven Heyndrickx, porte-parole du réseau Iriscare, l'administration bruxelloise pour la santé. "En cas de besoin, s'il y a par exemple trop de malades parmi les soignants, ils pourraient être sollicités pour venir renforcer les équipes des institutions de soin du réseau Iris à Bruxelles." Les volontaires peuvent s'inscrire en donnant leurs coordonnées via un formulaire accessible sur le site d'Iriscare. Les institutions agréées et subventionnées par la Cocom (Commission communautaire commune) et la Cocof (Commission communautaire française) qui ont besoin de renforts peuvent directement contacter les personnes inscrites. Actuellement, il n'y a pas de pénurie de bras dans les institutions de soins bruxelloises mais la hausse du nombre de cas positifs au coronavirus va augmenter la pression sur les hôpitaux au cours des prochains jours. (Belga)