La secrétaire d'État à la Propreté publique Fadila Laanan a estimé cette réunion constructive. La direction de Bruxelles-Propreté analyse les propositions formulées par les syndicats. Une réunion technique entre les représentants des travailleurs et l'agence est prévue lundi prochain pour étudier leur faisabilité. "Je suis prête à revoir une nouvelle fois les organisations syndicales après ces analyses", assure Fadila Laanan. "Le dialogue se poursuit." Les syndicats sont moins optimistes que la secrétaire d'Etat. Patrice De Brandt est satisfait de la transmission de données techniques sur la collecte depuis le 1er janvier ainsi que l'étude des différentes réorganisations possibles lundi. Cependant, il craint que la secrétaire d'Etat n'aille pas assez loin. "On ne va pas non plus bloquer Bruxelles indéfiniment, mais si lundi il n'y a pas d'avancée, on recommencera les actions. Je suis moins positif que le syndicat libéral. Je maintiens que c'est une réforme qui n'est pas structurée et c'est le travailleur qui paie. On essaie des choses et on revient en arrière. Comme pour l'administration régionale, ce sont des réformes irréfléchies et il n'y a pas de vue à long terme." (Belga)

La secrétaire d'État à la Propreté publique Fadila Laanan a estimé cette réunion constructive. La direction de Bruxelles-Propreté analyse les propositions formulées par les syndicats. Une réunion technique entre les représentants des travailleurs et l'agence est prévue lundi prochain pour étudier leur faisabilité. "Je suis prête à revoir une nouvelle fois les organisations syndicales après ces analyses", assure Fadila Laanan. "Le dialogue se poursuit." Les syndicats sont moins optimistes que la secrétaire d'Etat. Patrice De Brandt est satisfait de la transmission de données techniques sur la collecte depuis le 1er janvier ainsi que l'étude des différentes réorganisations possibles lundi. Cependant, il craint que la secrétaire d'Etat n'aille pas assez loin. "On ne va pas non plus bloquer Bruxelles indéfiniment, mais si lundi il n'y a pas d'avancée, on recommencera les actions. Je suis moins positif que le syndicat libéral. Je maintiens que c'est une réforme qui n'est pas structurée et c'est le travailleur qui paie. On essaie des choses et on revient en arrière. Comme pour l'administration régionale, ce sont des réformes irréfléchies et il n'y a pas de vue à long terme." (Belga)