Interrogé mardi en commission du Parlement par les députés Patrick Prévot (PS) et Philippe Henry (Ecolo), M. Marcourt a indiqué que plusieurs évaluations tant au sein de l'administration qu'avec les parties prenantes étaient en cours. Plusieurs réunions sont ainsi prévues dans les semaines à venir pour "envisager les corrections nécessaires". Ces changements, une fois décidés, seront appliqués dès juillet prochain déjà, a-t-il promis, soit le début traditionnel de la campagne de demandes d'allocations d'études. Adoptée l'été dernier, la réforme des bourses est sous le feu des critiques des organisations étudiantes, de la Ligue des familles et du réseau wallon de lutte contre la pauvreté pour certains effets jugés pervers qu'elle entraîne. Suite aux changements, certains étudiants boursiers ont en effet en perdu perdu leur allocation, compromettant ainsi la bonne suite de leurs études. Même au cdH, partenaire de majorité du PS, des voix critiques se sont fait entendre envers la réforme. Celle-ci a logiquement engendré un afflux de demandes d'informations auprès de l'administration ces derniers mois, laquelle doit encore examiner à l'heure actuelle plusieurs milliers de dossiers de demandes. Pour résorber ce retard, 7 agents supplémentaires seront engagés pour six mois à compter du 1er mars, a annoncé mardi M. Marcourt. (Belga)

Interrogé mardi en commission du Parlement par les députés Patrick Prévot (PS) et Philippe Henry (Ecolo), M. Marcourt a indiqué que plusieurs évaluations tant au sein de l'administration qu'avec les parties prenantes étaient en cours. Plusieurs réunions sont ainsi prévues dans les semaines à venir pour "envisager les corrections nécessaires". Ces changements, une fois décidés, seront appliqués dès juillet prochain déjà, a-t-il promis, soit le début traditionnel de la campagne de demandes d'allocations d'études. Adoptée l'été dernier, la réforme des bourses est sous le feu des critiques des organisations étudiantes, de la Ligue des familles et du réseau wallon de lutte contre la pauvreté pour certains effets jugés pervers qu'elle entraîne. Suite aux changements, certains étudiants boursiers ont en effet en perdu perdu leur allocation, compromettant ainsi la bonne suite de leurs études. Même au cdH, partenaire de majorité du PS, des voix critiques se sont fait entendre envers la réforme. Celle-ci a logiquement engendré un afflux de demandes d'informations auprès de l'administration ces derniers mois, laquelle doit encore examiner à l'heure actuelle plusieurs milliers de dossiers de demandes. Pour résorber ce retard, 7 agents supplémentaires seront engagés pour six mois à compter du 1er mars, a annoncé mardi M. Marcourt. (Belga)