Le sénateur Karl Vanlouwe (N-VA) a reproché cette semaine aux communes de Woluwe-Saint-Lambert et d'Uccle, dirigées par les bourgmestres Olivier Maingain, président des FDF, et Armand De Decker (MR), de subsidier des initiatives socio-culturelles dans la périphérie, respectivement à Zaventem et Linkebeek. Il a interpellé le Premier ministre en lui demandant de condamner ces actes qu'il considère comme illégaux.

Disant ne pas pouvoir intervenir car seule la Région bruxelloise exerce la tutelle sur les 19 communes, le Premier ministre (remplacé physiquement jeudi par le secrétaire d'Etat Melchior Wathelet) a dit constater que certains partis politiques, de chaque communauté, ne souhaitaient pas oeuvrer à la "paix communautaire" dans le pays.

Le Sénat a voté jeudi le deuxième volet de la réforme de l'Etat, dont le transfert de compétences, qui traduit l'accord institutionnel conclu entre les six partis de la majorité gouvernementale et l'opposition écologiste.

Hormis sur l'amendement N-VA, l'ensemble des représentants de la majorité institutionnelle ont presque toujours voté dans le même sens.

Le sénateur Karl Vanlouwe (N-VA) a reproché cette semaine aux communes de Woluwe-Saint-Lambert et d'Uccle, dirigées par les bourgmestres Olivier Maingain, président des FDF, et Armand De Decker (MR), de subsidier des initiatives socio-culturelles dans la périphérie, respectivement à Zaventem et Linkebeek. Il a interpellé le Premier ministre en lui demandant de condamner ces actes qu'il considère comme illégaux. Disant ne pas pouvoir intervenir car seule la Région bruxelloise exerce la tutelle sur les 19 communes, le Premier ministre (remplacé physiquement jeudi par le secrétaire d'Etat Melchior Wathelet) a dit constater que certains partis politiques, de chaque communauté, ne souhaitaient pas oeuvrer à la "paix communautaire" dans le pays. Le Sénat a voté jeudi le deuxième volet de la réforme de l'Etat, dont le transfert de compétences, qui traduit l'accord institutionnel conclu entre les six partis de la majorité gouvernementale et l'opposition écologiste. Hormis sur l'amendement N-VA, l'ensemble des représentants de la majorité institutionnelle ont presque toujours voté dans le même sens.