Concrètement, la plateforme développée via l'outil MyOpinion du SPF Bosa sera ouverte à tous les Belges et résidents en Belgique âgés de plus 16 ans. Des membres de la société civile et des autorités locales, les milieux académiques et des experts seront également invités à y prendre part. La consultation se déroulera durant 6 semaines. La possibilité de répondre via un formulaire papier est également envisagée, afin d'éviter la fracture numérique. Les procédures de marchés publics sont en cours. Ensuite, un comité scientifique pluridisciplinaire établira un rapport. Les membres de ce comité sont: du côté néerlandophone, Wouter Pas, Cato Léonard, Yves Dejaeghere, Annelien De Dijn et Johan Lievens. Du côté francophone, Hugues Dumont, Min Reuchamps, Emilie Van Haute, Marie Dufrasnes et Emmanuel Slautsky. Le travail en vue d'approuver une nouvelle réforme de l'État après 2024 suit son cours, ont indiqué les ministres. Le 30 avril dernier, la Vivaldi avait d'ores et déjà annoncé une liste provisoire et "minimale" de cinq articles de la Constitution qui seront soumis à révision sous la prochaine législature : les articles 46, 48, 96, 142 et 195. En fonction des conclusions des débats, d'autres articles pourraient s'ajouter. Il est déjà acquis qu'une évaluation des règles pour la formation d'un nouveau gouvernement fédéral aura lieu, en prévoyant par exemple un délai officiel ou un mécanisme de déblocage. L'homogénéisation des compétences des soins de santé, au plus près du patient, sera aussi sur la table, a assuré Mme Verlinden. Une modification de la procédure de la vérification des pouvoirs est également prévue. Depuis la mi-juillet, la commission parlementaire mixte chambre-sénat chargée de l'évaluation des réformes de l'État depuis 1970 est installée. Celle-ci a défini les trois thèmes qu'elle souhaite traiter en priorité : santé, climat (dont environnement et énergie) et coopération entre les différentes autorités. Plusieurs auditions ont déjà eu lieu. En outre, deux Comités de concertation dédiés ont eu lieu les 8 septembre et 23 novembre. Il y a été décidé de créer une task force interfédérale, composée de 11 membres représentant les différentes entités du pays. Elle doit se réunir une première fois dans la semaine du lundi 13 décembre. Des groupes de travail thématiques seront également installés. Par ailleurs, chaque administration devait rendre un rapport sur le sujet pour le 30 novembre. La Fédération Wallonie-Bruxelles et la Flandre ont respecté ce délai, ainsi que côté fédéral, les SPF Intérieur, Affaires Étrangères et Bosa. Un rappel a été envoyé aux autres administrations afin qu'elles rendent leur analyse d'ici la mi-décembre. (Belga)

Concrètement, la plateforme développée via l'outil MyOpinion du SPF Bosa sera ouverte à tous les Belges et résidents en Belgique âgés de plus 16 ans. Des membres de la société civile et des autorités locales, les milieux académiques et des experts seront également invités à y prendre part. La consultation se déroulera durant 6 semaines. La possibilité de répondre via un formulaire papier est également envisagée, afin d'éviter la fracture numérique. Les procédures de marchés publics sont en cours. Ensuite, un comité scientifique pluridisciplinaire établira un rapport. Les membres de ce comité sont: du côté néerlandophone, Wouter Pas, Cato Léonard, Yves Dejaeghere, Annelien De Dijn et Johan Lievens. Du côté francophone, Hugues Dumont, Min Reuchamps, Emilie Van Haute, Marie Dufrasnes et Emmanuel Slautsky. Le travail en vue d'approuver une nouvelle réforme de l'État après 2024 suit son cours, ont indiqué les ministres. Le 30 avril dernier, la Vivaldi avait d'ores et déjà annoncé une liste provisoire et "minimale" de cinq articles de la Constitution qui seront soumis à révision sous la prochaine législature : les articles 46, 48, 96, 142 et 195. En fonction des conclusions des débats, d'autres articles pourraient s'ajouter. Il est déjà acquis qu'une évaluation des règles pour la formation d'un nouveau gouvernement fédéral aura lieu, en prévoyant par exemple un délai officiel ou un mécanisme de déblocage. L'homogénéisation des compétences des soins de santé, au plus près du patient, sera aussi sur la table, a assuré Mme Verlinden. Une modification de la procédure de la vérification des pouvoirs est également prévue. Depuis la mi-juillet, la commission parlementaire mixte chambre-sénat chargée de l'évaluation des réformes de l'État depuis 1970 est installée. Celle-ci a défini les trois thèmes qu'elle souhaite traiter en priorité : santé, climat (dont environnement et énergie) et coopération entre les différentes autorités. Plusieurs auditions ont déjà eu lieu. En outre, deux Comités de concertation dédiés ont eu lieu les 8 septembre et 23 novembre. Il y a été décidé de créer une task force interfédérale, composée de 11 membres représentant les différentes entités du pays. Elle doit se réunir une première fois dans la semaine du lundi 13 décembre. Des groupes de travail thématiques seront également installés. Par ailleurs, chaque administration devait rendre un rapport sur le sujet pour le 30 novembre. La Fédération Wallonie-Bruxelles et la Flandre ont respecté ce délai, ainsi que côté fédéral, les SPF Intérieur, Affaires Étrangères et Bosa. Un rappel a été envoyé aux autres administrations afin qu'elles rendent leur analyse d'ici la mi-décembre. (Belga)