"Je présente mes excuses au nom d'Oxfam. Je ne veux pas me cacher derrière le fait que ces personnes n'appartenaient pas à la branche belge de l'ONG", a-t-il affirmé, ajoutant qu'aucun employé d'Oxfam Belgique ne se trouvait sur place en 2010. Le responsable d'Oxfam à Haïti, le Belge Roland van Hauwermeiren, était employé par l'antenne britannique. "Il n'a jamais travaillé pour nous", précise M. Declercq. Selon le journal britannique The Times, qui a révélé l'information, les travailleuses du sexe auraient participé à des orgies dans des logements et des hôtels payés par l'ONG. Des accusations que réfute Stefaan Declercq. "Un audit a démontré qu'il ne s'agissait pas de l'argent d'Oxfam", assure-t-il. Après les faits, les six employés concernés ont tous été licenciés ou ont présenté leur démission. Plus aucun ne travaille pour l'ONG. Le secrétaire général de la branche belge d'Oxfam-Solidarité rappelle par ailleurs que les employés d'Oxfam sont tenus de se conformer au code de conduite de l'organisation. Depuis lors, "nous avons également élaboré un plan d'action qui vise à plus de transparence. Un point de contact a notamment été mis en place pour dénoncer les comportements suspects et nous avons des personnes de confiance auxquelles le personnel peut se référer en cas de besoin", conclut-il. (Belga)

"Je présente mes excuses au nom d'Oxfam. Je ne veux pas me cacher derrière le fait que ces personnes n'appartenaient pas à la branche belge de l'ONG", a-t-il affirmé, ajoutant qu'aucun employé d'Oxfam Belgique ne se trouvait sur place en 2010. Le responsable d'Oxfam à Haïti, le Belge Roland van Hauwermeiren, était employé par l'antenne britannique. "Il n'a jamais travaillé pour nous", précise M. Declercq. Selon le journal britannique The Times, qui a révélé l'information, les travailleuses du sexe auraient participé à des orgies dans des logements et des hôtels payés par l'ONG. Des accusations que réfute Stefaan Declercq. "Un audit a démontré qu'il ne s'agissait pas de l'argent d'Oxfam", assure-t-il. Après les faits, les six employés concernés ont tous été licenciés ou ont présenté leur démission. Plus aucun ne travaille pour l'ONG. Le secrétaire général de la branche belge d'Oxfam-Solidarité rappelle par ailleurs que les employés d'Oxfam sont tenus de se conformer au code de conduite de l'organisation. Depuis lors, "nous avons également élaboré un plan d'action qui vise à plus de transparence. Un point de contact a notamment été mis en place pour dénoncer les comportements suspects et nous avons des personnes de confiance auxquelles le personnel peut se référer en cas de besoin", conclut-il. (Belga)