En tant que centre de référence et d'expertise pour les problèmes toxicologiques, le Centre Antipoisons a été contacté au minimum 65.322 fois pour donner un avis. Au total, 56.055 (86%) de ces appels concernaient une exposition à un toxique et 9.216 (14%) à une question informative. Cela représente 4.654 appels en plus par rapport à 2019. Le plus gros groupe d'appels concerne une exposition aux médicaments, avec un contact sur quatre, un chiffre en légère diminution (-5,7%) en comparaison avec 2019. Celui des produits chimiques ménagers a par contre connu une augmentation de 12,6%, en partie en raison de la pandémie, analyse l'institution. "Dans la bataille contre le coronavirus on a beaucoup nettoyé. Les personnes ont acheté des produits de nettoyage en grandes quantités et souvent très concentrés. Ceux-ci ont alors été transvasés à la maison dans de petits récipients, bouteilles d'eau ou de soda, ce qui fait que certains en ont bu accidentellement", illustre le Dr. Dominique Vandijck, directeur général adjoint. Certains mélanges de produits ont également pu entraîner des dégagements de vapeurs chimiques, qui peuvent engendrer l'irritation des muqueuses et de sérieuses difficultés respiratoires. (Belga)

En tant que centre de référence et d'expertise pour les problèmes toxicologiques, le Centre Antipoisons a été contacté au minimum 65.322 fois pour donner un avis. Au total, 56.055 (86%) de ces appels concernaient une exposition à un toxique et 9.216 (14%) à une question informative. Cela représente 4.654 appels en plus par rapport à 2019. Le plus gros groupe d'appels concerne une exposition aux médicaments, avec un contact sur quatre, un chiffre en légère diminution (-5,7%) en comparaison avec 2019. Celui des produits chimiques ménagers a par contre connu une augmentation de 12,6%, en partie en raison de la pandémie, analyse l'institution. "Dans la bataille contre le coronavirus on a beaucoup nettoyé. Les personnes ont acheté des produits de nettoyage en grandes quantités et souvent très concentrés. Ceux-ci ont alors été transvasés à la maison dans de petits récipients, bouteilles d'eau ou de soda, ce qui fait que certains en ont bu accidentellement", illustre le Dr. Dominique Vandijck, directeur général adjoint. Certains mélanges de produits ont également pu entraîner des dégagements de vapeurs chimiques, qui peuvent engendrer l'irritation des muqueuses et de sérieuses difficultés respiratoires. (Belga)