L'ancien ministre de l'Intérieur a dit avoir "bon espoir" que son parti réalise un bon résultat. "Le retour pendant la campagne a été énorme", poursuit-il. "L'enjeu est également important et les gens ont pu constater que le choix est évident. On peut opter pour le front qui sera formé en Wallonie et qui trouvera peut-être des alliés en Flandre afin de nous imposer des hausses d'impôts, des problèmes de sécurité et des frontières ouvertes. Ou bien, on peut choisir pour une politique flamande de centre-droit capable de bloquer le tsunami de taxes wallon. Il faut attendre maintenant." Jan Jambon espère également que la N-VA obtiendra 30 pc des voix. "Je veux voir ce soir le chiffre 3. Je serai alors un homme heureux", explique-t-il. "Deuxièmement, nous regarderons bien sûr quelles sont les coalitions possibles mais nous devons d'abord et avant tout rester le plus grand parti du pays." (Belga)

L'ancien ministre de l'Intérieur a dit avoir "bon espoir" que son parti réalise un bon résultat. "Le retour pendant la campagne a été énorme", poursuit-il. "L'enjeu est également important et les gens ont pu constater que le choix est évident. On peut opter pour le front qui sera formé en Wallonie et qui trouvera peut-être des alliés en Flandre afin de nous imposer des hausses d'impôts, des problèmes de sécurité et des frontières ouvertes. Ou bien, on peut choisir pour une politique flamande de centre-droit capable de bloquer le tsunami de taxes wallon. Il faut attendre maintenant." Jan Jambon espère également que la N-VA obtiendra 30 pc des voix. "Je veux voir ce soir le chiffre 3. Je serai alors un homme heureux", explique-t-il. "Deuxièmement, nous regarderons bien sûr quelles sont les coalitions possibles mais nous devons d'abord et avant tout rester le plus grand parti du pays." (Belga)