"Ce moment nécessite que les dirigeants mondiaux, le secteur privé et les individus agissent ensemble avec urgence et fassent tout ce qui est nécessaire pour protéger notre planète et notre avenir au cours de cette décennie et au-delà", a-t-il estimé dans un communiqué. Selon ce document des experts du Giec, publié lundi, le réchauffement de la planète pourrait atteindre le seuil de +1,5°C autour de 2030, dix ans plus tôt qu'estimé, menaçant de nouveaux désastres "sans précédent" l'humanité, déjà frappée par des canicules et inondations en série. Les humains sont "indiscutablement" responsables des dérèglements climatiques et n'ont d'autre choix que de réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre, s'ils veulent en limiter les dégâts, constatent-ils. "C'est pour cela qu'il est essentiel que tous les pays, et notamment les grandes économies, fassent leur part au cours de cette décennie cruciale des années 2020 pour mettre le monde sur une trajectoire qui conserve la limite de +1,5°C à portée de main", a affirmé Antony Blinken. "C'est pour cela que les Etats-Unis se sont engagés à une réduction de 50-52% des émissions" des gaz à effet de serre "en 2030 par rapport au niveau de 2005 et ont ordonné à toute l'administration fédérale de combattre la crise climatique", a-t-il ajouté, alors que le président Joe Biden a rejoint l'accord de Paris sur le climat dont son prédécesseur Donald Trump avait retiré Washington et a affiché son intention de se poser en leader de la lutte contre le réchauffement. (Belga)

"Ce moment nécessite que les dirigeants mondiaux, le secteur privé et les individus agissent ensemble avec urgence et fassent tout ce qui est nécessaire pour protéger notre planète et notre avenir au cours de cette décennie et au-delà", a-t-il estimé dans un communiqué. Selon ce document des experts du Giec, publié lundi, le réchauffement de la planète pourrait atteindre le seuil de +1,5°C autour de 2030, dix ans plus tôt qu'estimé, menaçant de nouveaux désastres "sans précédent" l'humanité, déjà frappée par des canicules et inondations en série. Les humains sont "indiscutablement" responsables des dérèglements climatiques et n'ont d'autre choix que de réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre, s'ils veulent en limiter les dégâts, constatent-ils. "C'est pour cela qu'il est essentiel que tous les pays, et notamment les grandes économies, fassent leur part au cours de cette décennie cruciale des années 2020 pour mettre le monde sur une trajectoire qui conserve la limite de +1,5°C à portée de main", a affirmé Antony Blinken. "C'est pour cela que les Etats-Unis se sont engagés à une réduction de 50-52% des émissions" des gaz à effet de serre "en 2030 par rapport au niveau de 2005 et ont ordonné à toute l'administration fédérale de combattre la crise climatique", a-t-il ajouté, alors que le président Joe Biden a rejoint l'accord de Paris sur le climat dont son prédécesseur Donald Trump avait retiré Washington et a affiché son intention de se poser en leader de la lutte contre le réchauffement. (Belga)