M. Tshibala a indiqué à la presse qu'il avait présenté sa "démission ainsi que celle de (son) gouvernement". Cette démarche ouvre la voie à la "nomination d'un nouveau gouvernement", a-t-il ajouté en sortant d'une rencontre avec le président Tshisekedi investi le 24 janvier. "Bien évidemment Le président de la République en a pris acte et vient de me charger d'expédier les affaires courantes jusqu'à l'investiture du nouveau gouvernement par la représentation nationale". "D'un moment à l'autre, le président de la République va nommer un nouveau Premier ministre", a annoncé un commentateur officiel sur la chaîne d'Etat RTNC. Investi le 24 janvier, M. Tshisekedi doit nommer un Premier ministre qui fasse consensus avec son prédécesseur, Joseph Kabila, dont la famille politique a conservé tous les autres leviers du pouvoir, à commencer par une large majorité au Parlement. Issu du même parti d'opposition que M. Tshisekedi, M. Tshibala avait été nommé en avril 2017 par l'ancien président Joseph Kabila, en pleine période de tension politique. M. Kabila se maintenait alors au pouvoir au-delà de la fin de son deuxième et dernier mandat de cinq ans selon la Constitution, ce qui avait provoqué des manifestations de l'opposition violemment réprimées en septembre et décembre 2016. L'Eglise avait tenté une médiation avec l'accord de la Saint-Sylvestre 2016. Cet accord avait permis le maintien au pouvoir de M. Kabila, moyennant l'organisation d'élections fin 2017, qui ont finalement eu lieu le 30 décembre 2018. (Belga)