Le président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo refuse de signer l'ordonnance sanctionnant la composition du gouvernement en raison de l'absence des femmes sur les listes des ministrables, a affirmé dimanche le secrétaire général du parti présidentiel, l'Union pour la Démocratie et le Progrès social (UDPS), Augustin Kabuya. "Tous les responsables politiques ne veulent pas proposer des femmes comme ministres, ils ne proposent que les hommes. Est-ce que le chef de l'État Félix Tshisekedi peut accepter une telle chose? Le chef de l'État est respectueux de ses paroles. Le Premier ministre Sama Lukonde Kyenge a réceptionné toutes les listes des hommes politiques congolais, ils n'ont pas proposé des femmes, c'est pourquoi le chef de l'État Félix Tshisekedi a dit s'il n'y a pas la représentativité des femmes, il ne signera pas l'ordonnance", a ajouté M. Kabuya. Le président avait promis aux femmes Congolaises de leur accorder un quota de 30% dans l'équipe gouvernementale, rappelle lundi le média en ligne Cas-info.ca. Selon le journal 'Forum des As', qui cite des sources bien informées, chaque groupement politique faisant partie de l'"Union sacrée de la Nation" (USN), l'hétéroclite majorité rassemblée par M. Tshisekedi aurait reçu notification du nombre de maroquins qui lui sont réservés, dont huit pour l'UDPS. Le chef de l'Etat serait en outre inflexible sur une autre de ses exigences: la réduction de la taille du prochain gouvernement. L'équipe sortante, dirigée par le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, issu du camp de l'ancien président Joseph Kabila Kabange, et qui expédie les affaires courantes compte 66 membres au total, dont 42 sont issus des rangs du Front commun pour le Congo (FCC, la plateforme de M. Kabila). Les autres proviennent de Cap pour le changement (Cach, la coalition emmenée par M. Tshisekedi). (Belga)

Le président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo refuse de signer l'ordonnance sanctionnant la composition du gouvernement en raison de l'absence des femmes sur les listes des ministrables, a affirmé dimanche le secrétaire général du parti présidentiel, l'Union pour la Démocratie et le Progrès social (UDPS), Augustin Kabuya. "Tous les responsables politiques ne veulent pas proposer des femmes comme ministres, ils ne proposent que les hommes. Est-ce que le chef de l'État Félix Tshisekedi peut accepter une telle chose? Le chef de l'État est respectueux de ses paroles. Le Premier ministre Sama Lukonde Kyenge a réceptionné toutes les listes des hommes politiques congolais, ils n'ont pas proposé des femmes, c'est pourquoi le chef de l'État Félix Tshisekedi a dit s'il n'y a pas la représentativité des femmes, il ne signera pas l'ordonnance", a ajouté M. Kabuya. Le président avait promis aux femmes Congolaises de leur accorder un quota de 30% dans l'équipe gouvernementale, rappelle lundi le média en ligne Cas-info.ca. Selon le journal 'Forum des As', qui cite des sources bien informées, chaque groupement politique faisant partie de l'"Union sacrée de la Nation" (USN), l'hétéroclite majorité rassemblée par M. Tshisekedi aurait reçu notification du nombre de maroquins qui lui sont réservés, dont huit pour l'UDPS. Le chef de l'Etat serait en outre inflexible sur une autre de ses exigences: la réduction de la taille du prochain gouvernement. L'équipe sortante, dirigée par le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, issu du camp de l'ancien président Joseph Kabila Kabange, et qui expédie les affaires courantes compte 66 membres au total, dont 42 sont issus des rangs du Front commun pour le Congo (FCC, la plateforme de M. Kabila). Les autres proviennent de Cap pour le changement (Cach, la coalition emmenée par M. Tshisekedi). (Belga)