"Nous les enfants de Lumumba, nous la famille Lumumba, nous demandons le juste retour des reliques de Patrice Emery Lumumba sur la terre de ses ancêtres", écrit Juliana Amato Lumumba dans une lettre au Roi. Cette lettre est datée du 30 juin dernier, jour du 60e anniversaire de l'indépendance du Congo, ancienne colonie belge. A cette occasion, le roi Philippe avait présenté des "regrets" historiques pour les "souffrances et les humiliations" infligées aux Congolais pendant la colonisation. Patrice Emery Lumumba reste un "héros sans sépulture", rappelle sa fille dans cette lettre écrite "au nom de la grande famille" du héros national. Premier ministre en 1960, renversé, arrêté, Patrice Emery Lumumba a été livré à ses ennemis, les séparatistes katangais, qui l'ont assassiné le 17 janvier 1961 avec l'aide d'hommes de main belges. En 2000, l'un de ces Belges, le commissaire de police Gérard Soete, a raconté avoir découpé et dissous dans l'acide les corps de Lumumba et de deux de ses fidèles, Joseph Okito et Maurice Mpolo. Dans un documentaire diffusé sur la chaîne allemande ARD la même année, M. Soete a affirmé avoir conservé des dents de Lumumba, en les montrant. En 2016, le sociologue Ludo De Witte avait porté plainte contre la fille de M. Soete, accusée de détenir une dent de l'ancien Premier ministre, qu'elle a également montrée lors d'une interview à un journal. Dans sa lettre, la fille de Patrice Lumumba dénonce "les déclarations abjectes, faites en Belgique, de détention de quelques-uns de ses restes". En 2001, la Belgique a reconnu sa "responsabilité morale" dans la mort de Lumumba au terme d'une commission d'enquête parlementaire. (Belga)

"Nous les enfants de Lumumba, nous la famille Lumumba, nous demandons le juste retour des reliques de Patrice Emery Lumumba sur la terre de ses ancêtres", écrit Juliana Amato Lumumba dans une lettre au Roi. Cette lettre est datée du 30 juin dernier, jour du 60e anniversaire de l'indépendance du Congo, ancienne colonie belge. A cette occasion, le roi Philippe avait présenté des "regrets" historiques pour les "souffrances et les humiliations" infligées aux Congolais pendant la colonisation. Patrice Emery Lumumba reste un "héros sans sépulture", rappelle sa fille dans cette lettre écrite "au nom de la grande famille" du héros national. Premier ministre en 1960, renversé, arrêté, Patrice Emery Lumumba a été livré à ses ennemis, les séparatistes katangais, qui l'ont assassiné le 17 janvier 1961 avec l'aide d'hommes de main belges. En 2000, l'un de ces Belges, le commissaire de police Gérard Soete, a raconté avoir découpé et dissous dans l'acide les corps de Lumumba et de deux de ses fidèles, Joseph Okito et Maurice Mpolo. Dans un documentaire diffusé sur la chaîne allemande ARD la même année, M. Soete a affirmé avoir conservé des dents de Lumumba, en les montrant. En 2016, le sociologue Ludo De Witte avait porté plainte contre la fille de M. Soete, accusée de détenir une dent de l'ancien Premier ministre, qu'elle a également montrée lors d'une interview à un journal. Dans sa lettre, la fille de Patrice Lumumba dénonce "les déclarations abjectes, faites en Belgique, de détention de quelques-uns de ses restes". En 2001, la Belgique a reconnu sa "responsabilité morale" dans la mort de Lumumba au terme d'une commission d'enquête parlementaire. (Belga)