Ex-rebelle avant de devenir ministre des Affaires étrangères du président Joseph Kabila en 2007-2008, M. Mbusa Nyamwisi, qui préside l'ex-rébellion du Rassemblement congolais pour la Démocratie-Kisangani/Mouvement de Libération (RCD-K/ML), avait regagné la République démocratique du Congo (RDC) le 31 mai dernier. Il vivait en exil depuis 2012 après s'être opposé au régime du président de l'époque, Joseph Kabila, et avait été accusé d'entretenir l'insécurité dans sa province d'origine, le très instable Nord-Kivu (est) en proie aux violences de groupes armés et à une épidémie d'Ebola. "Je suis là pour contribuer tant soit peu, à ce que mon pays soit un des meilleurs endroits où il faut vivre", a-t-il affirmé mercredi lors d'un dîner politique organisé en son honneur à Kinshasa par le Mécanisme national de suivi de l'accord-cadre d'Addis-Abeba (MNS) de février 2013 qui a mis fin à une insurrection au Nord-Kivu. "Je remercie particulièrement le président de la République et chef de l'Etat, son excellence Antoine Félix Tshisekedi Tshilombo pour toutes les facilitations qu'il m'accordées en vue de mon retour", a-t-il ajouté, selon la radio onusienne Okapi. (Belga)

Ex-rebelle avant de devenir ministre des Affaires étrangères du président Joseph Kabila en 2007-2008, M. Mbusa Nyamwisi, qui préside l'ex-rébellion du Rassemblement congolais pour la Démocratie-Kisangani/Mouvement de Libération (RCD-K/ML), avait regagné la République démocratique du Congo (RDC) le 31 mai dernier. Il vivait en exil depuis 2012 après s'être opposé au régime du président de l'époque, Joseph Kabila, et avait été accusé d'entretenir l'insécurité dans sa province d'origine, le très instable Nord-Kivu (est) en proie aux violences de groupes armés et à une épidémie d'Ebola. "Je suis là pour contribuer tant soit peu, à ce que mon pays soit un des meilleurs endroits où il faut vivre", a-t-il affirmé mercredi lors d'un dîner politique organisé en son honneur à Kinshasa par le Mécanisme national de suivi de l'accord-cadre d'Addis-Abeba (MNS) de février 2013 qui a mis fin à une insurrection au Nord-Kivu. "Je remercie particulièrement le président de la République et chef de l'Etat, son excellence Antoine Félix Tshisekedi Tshilombo pour toutes les facilitations qu'il m'accordées en vue de mon retour", a-t-il ajouté, selon la radio onusienne Okapi. (Belga)