"L'inspecteur général des finances et trois autres inspecteurs ont été interpellés", a déclaré à l'AFP un de leur collègue sous couvert de l'anonymat. "On a interpellé notre chef ainsi que trois autres collègues qui avaient la charge du dossier" d'auditionner les ministres intérimaires de janvier à août, a ajouté un autre inspecteur des finances. "Deux inspecteurs de Finances ont été interpellés par mes services pour des faits de droit commun. Ils ont déjà été libérés", a déclaré à l'AFP le général Sylvano Kasongo, chef de la police. En fin d'après midi, deux jeeps de la police étaient postés devant le bâtiment de l'inspection générale des finances, a constaté l'AFP. Dans une lettre datée du 17 août, l'Agence nationale de renseignements (ANR) avait demandé à l'inspecteur général des Finances d'auditer "tous les décaissements de fonds du Trésor public en faveur de tous les ministères du gouvernement depuis l'investiture de Félix Tshisekedi (le 24 janvier)". La lettre avait circulé sur les réseaux sociaux sans être démentie. La demande de l'ANR avait été jugée "légitime" par un porte-parole du président Tshisekedi, qui gouverne en coalition avec son prédécesseur, Joseph Kabila. Le président Tshisekedi a été proclamé vainqueur de l'élection présidentielle du 30 décembre. Son prédécesseur, M. Kabila, a gardé le contrôle de la majorité parlementaire. (Belga)