Après sa longue enquête sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine de 2016, le procureur spécial Robert Mueller a conclu qu'il n'y avait pas eu d'entente entre l'équipe de Donald Trump et Moscou, mais ne l'a en revanche pas blanchi des soupçons d'entrave à la justice. M. "Mueller a placé la prochaine étape entre les mains du Congrès" qui a le pouvoir d'enquêter, a écrit Elizabeth Warren sur Twitter. "La bonne façon d'exercer cette autorité, c'est la destitution", poursuit-elle. Dans un Congrès divisé, cette procédure a, en l'état, peu de chances d'aboutir. Comme l'analysait encore le New York Times jeudi, les Démocrates américains sont bien conscients des risques de l'entame d'une procédure d'impeachment, qui pourrait avoir pour effet de mobiliser encore davantage les supporters du controversé président. Le "chef adjoint" des Démocrates de la Chambre des représentants, Steny Hoyer, résumait le même jour au micro de CNN: "Sur base de ce que l'on a vu jusqu'à aujourd'hui, poursuivre un impeachment ne vaut pas la peine en ce moment. (...) Très franchement, il y a une élection dans 18 mois, et le peuple américain jugera alors par lui-même". (Belga)

Après sa longue enquête sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine de 2016, le procureur spécial Robert Mueller a conclu qu'il n'y avait pas eu d'entente entre l'équipe de Donald Trump et Moscou, mais ne l'a en revanche pas blanchi des soupçons d'entrave à la justice. M. "Mueller a placé la prochaine étape entre les mains du Congrès" qui a le pouvoir d'enquêter, a écrit Elizabeth Warren sur Twitter. "La bonne façon d'exercer cette autorité, c'est la destitution", poursuit-elle. Dans un Congrès divisé, cette procédure a, en l'état, peu de chances d'aboutir. Comme l'analysait encore le New York Times jeudi, les Démocrates américains sont bien conscients des risques de l'entame d'une procédure d'impeachment, qui pourrait avoir pour effet de mobiliser encore davantage les supporters du controversé président. Le "chef adjoint" des Démocrates de la Chambre des représentants, Steny Hoyer, résumait le même jour au micro de CNN: "Sur base de ce que l'on a vu jusqu'à aujourd'hui, poursuivre un impeachment ne vaut pas la peine en ce moment. (...) Très franchement, il y a une élection dans 18 mois, et le peuple américain jugera alors par lui-même". (Belga)