" Je ne me tairai pas au nom de toutes les personnes qui reçoivent également ce genre de message et qui ne sont pas entendue!" Rajae Maouane, jeune coprésidente d'Ecolo, publie un message en forme de cri du coeur sur les réseaux sociaux, ce lundi. Et ce dans un contexte où la lutte contre le racisme est redevenu au-devant de l'actualité suite à la mort de George Floyd aux Etats-Unis, qui a ravivé un racisme "systémique".

"Retourne dans ton pays ou dans ton bled", "T'es pas typée Belge", "Présidente du Quick de la Bourse, oui", "Va te faire élire dans ton pays"... les mots défilent comme des coups de poing sur la mini-vidéo postée par la coprésidente verte. Qui prend le parti de révéler publiquement une partie des attaques dont elle a fait l'objet. En pensant, entre autres, à Zakia Khattabi, coprésidente précédente d'Ecolo, ou à Florence Hainaut et Myrial Leroy, journalistes, qui ont toutes quitté les réseau après avoir fait l'objet de tombereaux d'insultes à caractère raciste et/ou sexiste.

" Je ne me tairai pas au nom de toutes les personnes qui reçoivent également ce genre de message et qui ne sont pas entendue!" Rajae Maouane, jeune coprésidente d'Ecolo, publie un message en forme de cri du coeur sur les réseaux sociaux, ce lundi. Et ce dans un contexte où la lutte contre le racisme est redevenu au-devant de l'actualité suite à la mort de George Floyd aux Etats-Unis, qui a ravivé un racisme "systémique"."Retourne dans ton pays ou dans ton bled", "T'es pas typée Belge", "Présidente du Quick de la Bourse, oui", "Va te faire élire dans ton pays"... les mots défilent comme des coups de poing sur la mini-vidéo postée par la coprésidente verte. Qui prend le parti de révéler publiquement une partie des attaques dont elle a fait l'objet. En pensant, entre autres, à Zakia Khattabi, coprésidente précédente d'Ecolo, ou à Florence Hainaut et Myrial Leroy, journalistes, qui ont toutes quitté les réseau après avoir fait l'objet de tombereaux d'insultes à caractère raciste et/ou sexiste.