La coalition avait promis mercredi soir de riposter "avec force" aux attaques des rebelles Houthis, soutenus par l'Iran. "Nous avons commencé à lancer des frappes aériennes ciblées sur des sites de la milice des Houthis, y compris à Sanaa", a déclaré jeudi une source officielle de la coalition. Un témoin a dit à l'AFP avoir entendu au moins une forte explosion dans le centre de la capitale, aux mains des Houthis depuis septembre 2014. La chaîne de télévision Al-Massirah, contrôlée par les Houthis, a attribué les frappes aux "avions de l'agression" saoudienne. Elle a fait état de victimes dans une zone résidentielle, sans qu'il soit possible de vérifier ce bilan. La chaîne a aussi diffusé un premier message sur Twitter faisant état de six raids dans le district d'Arhab de la province de Sanaa, avant de faire état d'autres frappes, y compris une dans la capitale même. Sur place, une vidéaste de l'AFP a filmé des volutes de fumée s'élevant d'immeubles touchés par les raids. Les raids ont commencé vers 08H00 locales (05H00 GMT) alors que de nombreux habitants dormaient encore, a affirmé un autre témoin à l'AFP. "Il y a eu de nombreuses frappes", a-t-il dit en faisant état d'un nuage de fumée dans le quartier de Jebel Attan, au sud-ouest de Sanaa. Les cibles visées n'ont pas été immédiatement précisées par la coalition. Les frappes aériennes de jeudi sur Sanaa s'inscrivent dans un contexte de montée des tensions dans le Golfe où, en plus de l'oléoduc, quatre navires - deux saoudiens, un norvégien et un émirati - ont été la cible de mystérieux "actes de sabotage dimanche près des Emirats arabes unis. (Belga)