"Serait-il même possible, dans la déclaration plutôt intéressante de paix et de réconciliation de Roger Goodell, qu'il laisse entendre qu'il serait désormais acceptable pour les joueurs de S'AGENOUILLER, ou de ne pas défendre, l'hymne national, manquant ainsi de respect à notre pays et notre Drapeau?", a twitté le président américain. Vendredi, le commissaire de la NFL, Roger Goodell, s'est excusé de ne pas avoir écouté plus tôt les joueurs demandant à l'instance de condamner le racisme et de soutenir les protestations, après la mort de George Floyd. "Nous, la NFL, condamnons le racisme et l'oppression systématique des Noirs. Nous, la NFL, admettons que nous avons eu tort de ne pas avoir écouté les joueurs de la ligue plus tôt. Nous, la NFL, encourageons tout le monde à s'exprimer et à protester pacifiquement", avait déclaré le dirigeant dans un message diffusé sur les réseaux sociaux. Cette déclaration intervient à la suite des critiques adressées à la ligue pour sa réaction après le drame survenu le 25 mai à Minneapolis, où elle ne faisait aucunement référence au racisme ni à la brutalité policière. George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, est mort après son interpellation par un policier blanc, qui a appuyé un genou sur son cou pendant plus de huit minutes. Depuis deux semaines, le genou posé à terre est devenu le geste emblématique de contestation de l'injustice raciale, effectué par de nombreuses personnes, y compris des policiers, lors des manifestations qui ont lieu aux États-Unis. Un geste apparu en 2016, lorsque Colin Kaepernick, l'ancienne star du foot américain évoluant alors aux San Francisco 49ers, avait initié un mouvement de protestation contre les violences policières faites aux Noirs et non, comme le suggère Trump, aux États-Unis ou à l'armée. Ainsi en 2017, ce dernier avait qualifié de "fils de putes" Kaepernick et les autres joueurs à s'être agenouillés et estimé qu'il devraient être licenciés. La NFL avait par la suite interdit aux joueurs de se mettre à genou dans une directive qui exigeait que les joueurs "se lèvent et montrent du respect pour le drapeau" avant le coup d'envoi des matches. Une règle abrogée depuis. (Belga)

"Serait-il même possible, dans la déclaration plutôt intéressante de paix et de réconciliation de Roger Goodell, qu'il laisse entendre qu'il serait désormais acceptable pour les joueurs de S'AGENOUILLER, ou de ne pas défendre, l'hymne national, manquant ainsi de respect à notre pays et notre Drapeau?", a twitté le président américain. Vendredi, le commissaire de la NFL, Roger Goodell, s'est excusé de ne pas avoir écouté plus tôt les joueurs demandant à l'instance de condamner le racisme et de soutenir les protestations, après la mort de George Floyd. "Nous, la NFL, condamnons le racisme et l'oppression systématique des Noirs. Nous, la NFL, admettons que nous avons eu tort de ne pas avoir écouté les joueurs de la ligue plus tôt. Nous, la NFL, encourageons tout le monde à s'exprimer et à protester pacifiquement", avait déclaré le dirigeant dans un message diffusé sur les réseaux sociaux. Cette déclaration intervient à la suite des critiques adressées à la ligue pour sa réaction après le drame survenu le 25 mai à Minneapolis, où elle ne faisait aucunement référence au racisme ni à la brutalité policière. George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, est mort après son interpellation par un policier blanc, qui a appuyé un genou sur son cou pendant plus de huit minutes. Depuis deux semaines, le genou posé à terre est devenu le geste emblématique de contestation de l'injustice raciale, effectué par de nombreuses personnes, y compris des policiers, lors des manifestations qui ont lieu aux États-Unis. Un geste apparu en 2016, lorsque Colin Kaepernick, l'ancienne star du foot américain évoluant alors aux San Francisco 49ers, avait initié un mouvement de protestation contre les violences policières faites aux Noirs et non, comme le suggère Trump, aux États-Unis ou à l'armée. Ainsi en 2017, ce dernier avait qualifié de "fils de putes" Kaepernick et les autres joueurs à s'être agenouillés et estimé qu'il devraient être licenciés. La NFL avait par la suite interdit aux joueurs de se mettre à genou dans une directive qui exigeait que les joueurs "se lèvent et montrent du respect pour le drapeau" avant le coup d'envoi des matches. Une règle abrogée depuis. (Belga)