Elke Sleurs a démissionné ce lundi pour remplacer Siegfried Bracke (N-VA), sous le feu des critiques après la révélation de l'affaire Publipart, aux élections communales de 2018 à Gand. Elle prendra la tête de la liste N-VA et tentera de conquérir le maïorat du chef-lieu de la Flandre-Orientale.

Gynécologue de formation, Elke Sleurs trouve "logique" que son successeur soit une femme. Le président de la N-VA Bart De Wever partage cet avis. Le quotidien De Morgen avance trois noms pour reprendre son poste: les députées Sarah Smeyers, Zuhal Demir et Valerie Van Peel.

Sarah Smeyers

Sarah Smeyers aurait le plus d'atouts pour remplir la fonction. Devenue députée à la Chambre en 2007, elle est également échevine et présidente du CPAS à Alost. Tout comme Elke Sleurs, elle vit en Flandre-Orientale, ce qui permettrait au parti de conserver l'équilibre géographique. De plus, elle aurait déjà vu deux postes importants lui échapper : en 2014, on a cité son nom pour la fonction de Secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration, mais elle a dû laisser la place à Theo Francken et en 2016, c'est Peter De Roover qui a été nommé chef de groupe N-VA à la Chambre.

Valerie Van Peel

Selon la chaîne VTM, Valerie Van Peel, à qui l'on doit la loi très contestée sur les étrangers, présente le désavantage d'habiter à Anvers, une province déjà surreprésentée à la N-VA puisque la plupart de ses ténors y habitent (Johan Van Overtveldt, Liesbeth Homans, Philip Muyters et Jan Jambon, sans parler de Bart De Wever). De plus, comme l'explique le politologue Bart Maddens (KuLeuven) au journal De Morgen, le parti ne grillera pas les personnes à qui il souhaite confier des responsabilités après les élections, et Valerie Van Peel est considérée comme une étoile montante du parti.

Zuhal Demir

Quant à Zuhal Demir, elle a déménagé d'Anvers à Genk pour briguer l'écharpe de bourgmestre de la ville limbourgeoise. Selon Het Belang Van Limburg, elle a également ses chances parce que contrairement à Anvers, le Limbourg est sous-représenté dans les postes de ministres attribués à la N-VA.

La décision devrait tomber le 11 mars. Aucune des députées susmentionnées n'a souhaité répondre aux conjectures du quotidien De Morgen.

Elke Sleurs a démissionné ce lundi pour remplacer Siegfried Bracke (N-VA), sous le feu des critiques après la révélation de l'affaire Publipart, aux élections communales de 2018 à Gand. Elle prendra la tête de la liste N-VA et tentera de conquérir le maïorat du chef-lieu de la Flandre-Orientale. Gynécologue de formation, Elke Sleurs trouve "logique" que son successeur soit une femme. Le président de la N-VA Bart De Wever partage cet avis. Le quotidien De Morgen avance trois noms pour reprendre son poste: les députées Sarah Smeyers, Zuhal Demir et Valerie Van Peel. Sarah Smeyers Sarah Smeyers aurait le plus d'atouts pour remplir la fonction. Devenue députée à la Chambre en 2007, elle est également échevine et présidente du CPAS à Alost. Tout comme Elke Sleurs, elle vit en Flandre-Orientale, ce qui permettrait au parti de conserver l'équilibre géographique. De plus, elle aurait déjà vu deux postes importants lui échapper : en 2014, on a cité son nom pour la fonction de Secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration, mais elle a dû laisser la place à Theo Francken et en 2016, c'est Peter De Roover qui a été nommé chef de groupe N-VA à la Chambre. Valerie Van Peel Selon la chaîne VTM, Valerie Van Peel, à qui l'on doit la loi très contestée sur les étrangers, présente le désavantage d'habiter à Anvers, une province déjà surreprésentée à la N-VA puisque la plupart de ses ténors y habitent (Johan Van Overtveldt, Liesbeth Homans, Philip Muyters et Jan Jambon, sans parler de Bart De Wever). De plus, comme l'explique le politologue Bart Maddens (KuLeuven) au journal De Morgen, le parti ne grillera pas les personnes à qui il souhaite confier des responsabilités après les élections, et Valerie Van Peel est considérée comme une étoile montante du parti. Zuhal DemirQuant à Zuhal Demir, elle a déménagé d'Anvers à Genk pour briguer l'écharpe de bourgmestre de la ville limbourgeoise. Selon Het Belang Van Limburg, elle a également ses chances parce que contrairement à Anvers, le Limbourg est sous-représenté dans les postes de ministres attribués à la N-VA. La décision devrait tomber le 11 mars. Aucune des députées susmentionnées n'a souhaité répondre aux conjectures du quotidien De Morgen.