Sept suspects, des musulmans radicalisés, ont été arrêtés suite à l'enlèvement et la séquestration d'un adolescent de 13 ans à Genk dans le Limbourg. L'adolescent a été séquestré pendant 42 jours puis libéré lundi, peu après minuit, après le paiement d'une partie de la rançon réclamée par les ravisseurs. L'un des suspects a été libéré sous conditions.
...

Sept suspects, des musulmans radicalisés, ont été arrêtés suite à l'enlèvement et la séquestration d'un adolescent de 13 ans à Genk dans le Limbourg. L'adolescent a été séquestré pendant 42 jours puis libéré lundi, peu après minuit, après le paiement d'une partie de la rançon réclamée par les ravisseurs. L'un des suspects a été libéré sous conditions. Parmi les suspects, le plus "réputé" est Khalid Bouloudo, une figure du salafisme en Belgique, condamné notamment pour avoir envoyé des jeunes combattre en Syrie.Khalid Bouloudo est bien connu de la Justice et des services antiterroristes. Cet homme de 45 ans, né en Belgique et d'origine marocaine, a été lié à une cellule faisant le lien entre la ville de Maaseik et Bruxelles. Les services marocains estiment que Bouloudo a été recruté dès 1997 dans le Groupe islamique combattant marocain (GICM), par l'un des organisateurs des attentats de Casablanca (45 morts, en 2003). Bouloudo a aussi hébergé chez lui, à Maaseik, le cerveau des attentats de Madrid (193 morts, en 2004), Hassan el-Haski, et fourni une aide logistique au groupe. Le 27 janvier 2004, il a été arrêté aux Pays-Bas et envoyé dans la prison strictement surveillée de Vught. Le tribunal marocain a demandé son extradition, mais son expulsion vers le Maroc a été refusée en raison d'un manque de preuves, retrace De Morgen. Le tribunal de Bruxelles a ensuite demandé son extradition et, en août 2004, il a été transféré dans une prison belge. Lors du procès du GICM belge en février 2006, le tribunal correctionnel de Bruxelles a trouvé la preuve que la cellule de Boulodo faisait partie du GICM, l'organisation à l'origine des attentats Casablanca et de Madrid (2004, 191 morts). Khalid Bouloudo a été condamné à cinq ans de prison ferme pour appartenance au groupe. Un jugement confirmé en appel. Mais ses avocats parviennent, en 2010, à casser le jugement devant la Cour européenne des droits de l'homme. Dès 2013, il reprend du service lorsque la guerre civile syrienne attire des milliers de djihadistes venus des quatre coins du monde. Entre 2013 et 2015, Bouloudo envoie des Belges rejoindre la brigade du Majlis Shura al-Mujahideen avant que la plupart de ses combattants ne basculent dans les rangs de l'État islamique, retrace La Libre. Il est condamné à dix ans de prison ferme en 2018, mais verra sa peine réduite à trois ans avec sursis, couplée à cinq ans de probation, dans un arrêt de la cour d'appel de Bruxelles en mai 2019.