Ces chauffeurs bulgares ou originaires d'autres pays d'Europe de l'est ont le sentiment que le nouveau "paquet mobilité" proposé a pour but de les écarter du secteur du transport. Ils protestent contre le fait que les chauffeurs routiers pourraient rester jusqu'à quatre semaines en Europe sans rentrer chez eux et contre l'interdiction du cabotage, soit la réalisation de transports intérieurs par une société étrangère. L'interdiction de repos en fin de semaine dans la cabine est également contestée, car les chauffeurs devraient se rendre à l'hôtel. Les mesures visent principalement à lutter contre le dumping social dans le secteur des transports, provenant essentiellement des pays d'Europe de l'est. Une nouvelle fois ce jeudi, une majorité s'est dégagée en commission du parlement européen pour rejeter des propositions sur les temps de conduite et de repos. Les élus ont notamment bloqué un amendement visant à autoriser deux fois par semaine des temps de conduite de 16 heures. Ils ont aussi préservé l'interdiction du repos le week-end dans la cabine du poids lourd, telle qu'elle existe en Belgique. Les parlementaires ont en revanche soutenu les nouvelles règles sur le cabotage, cette pratique qui consiste pour un transporteur à effectuer des opérations dans un pays où il est arrivé dans le cadre d'une livraison internationale. (Belga)

Ces chauffeurs bulgares ou originaires d'autres pays d'Europe de l'est ont le sentiment que le nouveau "paquet mobilité" proposé a pour but de les écarter du secteur du transport. Ils protestent contre le fait que les chauffeurs routiers pourraient rester jusqu'à quatre semaines en Europe sans rentrer chez eux et contre l'interdiction du cabotage, soit la réalisation de transports intérieurs par une société étrangère. L'interdiction de repos en fin de semaine dans la cabine est également contestée, car les chauffeurs devraient se rendre à l'hôtel. Les mesures visent principalement à lutter contre le dumping social dans le secteur des transports, provenant essentiellement des pays d'Europe de l'est. Une nouvelle fois ce jeudi, une majorité s'est dégagée en commission du parlement européen pour rejeter des propositions sur les temps de conduite et de repos. Les élus ont notamment bloqué un amendement visant à autoriser deux fois par semaine des temps de conduite de 16 heures. Ils ont aussi préservé l'interdiction du repos le week-end dans la cabine du poids lourd, telle qu'elle existe en Belgique. Les parlementaires ont en revanche soutenu les nouvelles règles sur le cabotage, cette pratique qui consiste pour un transporteur à effectuer des opérations dans un pays où il est arrivé dans le cadre d'une livraison internationale. (Belga)