Les manifestants en gilets jaunes étaient environ soixante, selon les organisateurs, à se rendre ce samedi en début d'après-midi devant le siège social d'Engie Electrabel, boulevard Simon Bolivar 34 à Bruxelles, près de la gare du Nord. "Les tarifs d'Engie Electrabel sont les plus hauts d'Europe. Selon une étude, les factures pour un ménage pourraient augmenter prochainement jusqu'à 2.500 euros par an. C'est énorme", a déclaré à l'agence Belga l'un des organisateurs de la manifestation. Les manifestants ont réclamé une diminution de la TVA sur l'énergie de 21 à 6%, le paiement par Engie Electrabel de l'impôt "normal" sur les sociétés, la prise en considération du prix du carburant dans l'indexation des salaires, ou encore la hausse des salaires dans tous les secteurs. Ils ont également scandé "non à la taxe carbone", revendiqué la gratuité des transports en commun et l'instauration du RIC, le Referendum d'Initiative Citoyenne. Les gilets jaunes se sont ensuite déplacés jusqu'au siège de Proximus, situé non loin de là, boulevard du Roi Albert II 27 à Schaerbeek, pour y dénoncer la vague de licenciements annoncée dans cette entreprise semi-publique. (Belga)

Les manifestants en gilets jaunes étaient environ soixante, selon les organisateurs, à se rendre ce samedi en début d'après-midi devant le siège social d'Engie Electrabel, boulevard Simon Bolivar 34 à Bruxelles, près de la gare du Nord. "Les tarifs d'Engie Electrabel sont les plus hauts d'Europe. Selon une étude, les factures pour un ménage pourraient augmenter prochainement jusqu'à 2.500 euros par an. C'est énorme", a déclaré à l'agence Belga l'un des organisateurs de la manifestation. Les manifestants ont réclamé une diminution de la TVA sur l'énergie de 21 à 6%, le paiement par Engie Electrabel de l'impôt "normal" sur les sociétés, la prise en considération du prix du carburant dans l'indexation des salaires, ou encore la hausse des salaires dans tous les secteurs. Ils ont également scandé "non à la taxe carbone", revendiqué la gratuité des transports en commun et l'instauration du RIC, le Referendum d'Initiative Citoyenne. Les gilets jaunes se sont ensuite déplacés jusqu'au siège de Proximus, situé non loin de là, boulevard du Roi Albert II 27 à Schaerbeek, pour y dénoncer la vague de licenciements annoncée dans cette entreprise semi-publique. (Belga)