Les manifestants demandaient un refinancement des soins de santé et la fin de ce qu'ils qualifient de "commercialisation des soins de santé". Ils exigent également davantage de personnel pour améliorer la qualité des soins et une augmentation des salaires pour toutes les professions du secteur.

"Nous demandons la fin de la précarité de l'emploi, la fin du recours au secteur privé par l'externalisation des services, l'amélioration des conditions de travail", ont-ils scandé. "Nous devons rendre la profession plus attrayante. Cela peut se faire par une réduction collective du temps de travail sans perte de salaire, par un meilleur accès aux études d'infirmiers et par la fin de l'utilisation des stagiaires comme indépendants".

Les manifestants réclament également une réduction de l'âge de la retraite et une véritable politique de bien-être au travail. Ils dénoncent "une gestion inhumaine et autoritaire qui traite le personnel et les patients comme des numéros" et plaident pour "de véritables mesures pour lutter contre les différentes formes de harcèlement et de discrimination".

"Aussi bien les patients ainsi que le personnel de santé publique devraient être impliqués dans toutes les décisions importantes concernant le secteur", selon eux. "Toute personne, quelle que soit son origine sociale et/ou culturelle, doit avoir accès à des soins de santé dignes et humains pour tous".

Les manifestants demandaient un refinancement des soins de santé et la fin de ce qu'ils qualifient de "commercialisation des soins de santé". Ils exigent également davantage de personnel pour améliorer la qualité des soins et une augmentation des salaires pour toutes les professions du secteur. "Nous demandons la fin de la précarité de l'emploi, la fin du recours au secteur privé par l'externalisation des services, l'amélioration des conditions de travail", ont-ils scandé. "Nous devons rendre la profession plus attrayante. Cela peut se faire par une réduction collective du temps de travail sans perte de salaire, par un meilleur accès aux études d'infirmiers et par la fin de l'utilisation des stagiaires comme indépendants". Les manifestants réclament également une réduction de l'âge de la retraite et une véritable politique de bien-être au travail. Ils dénoncent "une gestion inhumaine et autoritaire qui traite le personnel et les patients comme des numéros" et plaident pour "de véritables mesures pour lutter contre les différentes formes de harcèlement et de discrimination". "Aussi bien les patients ainsi que le personnel de santé publique devraient être impliqués dans toutes les décisions importantes concernant le secteur", selon eux. "Toute personne, quelle que soit son origine sociale et/ou culturelle, doit avoir accès à des soins de santé dignes et humains pour tous".