Sur les 2.864 signalements, 2.333 étaient liés à un effet indésirable après l'inoculation du vaccin Pfizer/BioNTech, utilisé depuis le 28 décembre. Après la vaccination avec Moderna et AstraZeneca, 311 et 220 effets indésirables ont respectivement été rapportés. Ces deux vaccins ont été utilisés plus tard que le vaccin Pfizer/BioNTech: Moderna a été injecté pour la première fois le 18 janvier, AstraZeneca le 12 février. Après l'injection du vaccin AstraZeneca (qui n'est administré qu'aux personnes de moins de 55 ans), des effets indésirables plus nombreux sont rapportés par rapport aux deux autres vaccins. Environ 2,9% des personnes vaccinées avec ce produit ont en effet signalé un effet indésirable. Quelque 0,6% des personnes traitées avec Pfizer/BioNTech présentent des effets secondaires, selon le centre de notification, et avec Moderna, ce pourcentage est d'un peu moins de 1,3%. Bien que toutes les données n'ont pas encore été collectées, un certain nombre de facteurs sont à l'origine de cette différence, déclare Ann Eeckhout, porte-parole de l'AFMPS. "De nos jours, ce sont principalement les prestataires de soins qui se font vacciner. Parce qu'ils font preuve de plus d'implication, ils seront également plus enclins à signaler un éventuel effet secondaire", avance-t-elle. De plus, l'âge joue également un rôle: "Les personnes plus jeunes ont généralement un système immunitaire qui réagit plus rapidement", dit-elle. Enfin, les nombreuses rumeurs sur le vaccin AstraZeneca qui ont circulé dans les médias ces dernières semaines jouent également un rôle majeur. Ann Eeckhout ajoute que les effets secondaires rapportés sont pleinement conformes aux attentes. Elle se réfère également à la notice qui accompagne le vaccin. (Belga)

Sur les 2.864 signalements, 2.333 étaient liés à un effet indésirable après l'inoculation du vaccin Pfizer/BioNTech, utilisé depuis le 28 décembre. Après la vaccination avec Moderna et AstraZeneca, 311 et 220 effets indésirables ont respectivement été rapportés. Ces deux vaccins ont été utilisés plus tard que le vaccin Pfizer/BioNTech: Moderna a été injecté pour la première fois le 18 janvier, AstraZeneca le 12 février. Après l'injection du vaccin AstraZeneca (qui n'est administré qu'aux personnes de moins de 55 ans), des effets indésirables plus nombreux sont rapportés par rapport aux deux autres vaccins. Environ 2,9% des personnes vaccinées avec ce produit ont en effet signalé un effet indésirable. Quelque 0,6% des personnes traitées avec Pfizer/BioNTech présentent des effets secondaires, selon le centre de notification, et avec Moderna, ce pourcentage est d'un peu moins de 1,3%. Bien que toutes les données n'ont pas encore été collectées, un certain nombre de facteurs sont à l'origine de cette différence, déclare Ann Eeckhout, porte-parole de l'AFMPS. "De nos jours, ce sont principalement les prestataires de soins qui se font vacciner. Parce qu'ils font preuve de plus d'implication, ils seront également plus enclins à signaler un éventuel effet secondaire", avance-t-elle. De plus, l'âge joue également un rôle: "Les personnes plus jeunes ont généralement un système immunitaire qui réagit plus rapidement", dit-elle. Enfin, les nombreuses rumeurs sur le vaccin AstraZeneca qui ont circulé dans les médias ces dernières semaines jouent également un rôle majeur. Ann Eeckhout ajoute que les effets secondaires rapportés sont pleinement conformes aux attentes. Elle se réfère également à la notice qui accompagne le vaccin. (Belga)