Mi-août, Le Vif/L'Express a envoyé un questionnaire écrit (lire page 28) aux 50 plus grandes communes francophones, celles qui rassemblent plus de 20 000 habitants. Objectif : connaître les localités les plus actives en faveur de l'égalité femmes-hommes. Autrement dit, celles qui mènent des initiatives pour faire en sorte que leur espace public soit plus accueillant tant pour les femmes que pour les hommes. L'échelon local possède en effet un réel pouvoir dans la lutte contre les discriminations de genre, grâce à son domaine d'action et son rôle de proximité. La preuve : signataires de la Charte européenne pour l'égalité des femmes et des hommes dans la vie locale, élaborée en 2006 par le Conseil des communes et des régions d'Europe (CCRE), 1 726 municipalités sur le continent forment un réseau mobilisé contre l'inégalité des sexes. A ce jour, quinze communes sollicitées par Le Vif/L'Express ont adhéré à ce document, lequel les engage à construire un plan d'actions, dans les deux ans, et à intégrer le genre dans toutes leurs politiques. Un chiffre rachitique au regard des centaines de collectivités qui l'ont paraphé dans 35 pays d'Europe.
...