Des calculs ont été effectués dans le cadre de cette recherche, à partir des données disponibles pour l'ensemble des naissances recensées à Bruxelles entre 2004 et 2010. Parmi les ménages en situation de précarité au moment de la naissance, 80% concernent des mères d'origine non européenne, soulève l'étude. Les chiffres varient d'une nationalité à l'autre: 70% des petits Bruxellois dont la mère est originaire d'Afrique subsaharienne naissent sous le seuil de pauvreté. C'est la communauté la plus "à risque", avant les petits Maghrébins (65%), les enfants dont la mère vient d'Europe de l'Est (61%) ou de Turquie (60%). Le taux de pauvreté des petits Bruxellois d'origine belge est lui comparable à la moyenne nationale: 18,3%.

Si les enfants de mères immigrées ont un risque plus élevé de décéder entre la 22e semaine de grossesse et le 7e jour de vie que les bébés belgo-bruxellois, ils ont en revanche moins de risque (à autres conditions égales) d'afficher un poids faible, révélateur de conditions défavorables au développement. Conclusion des chercheurs: si le statut social augmente les risques pour la santé du bébé, l'origine étrangère les réduit.

Autre chiffre marquant: un nourrisson bruxellois sur six naît dans une famille monoparentale.

Des calculs ont été effectués dans le cadre de cette recherche, à partir des données disponibles pour l'ensemble des naissances recensées à Bruxelles entre 2004 et 2010. Parmi les ménages en situation de précarité au moment de la naissance, 80% concernent des mères d'origine non européenne, soulève l'étude. Les chiffres varient d'une nationalité à l'autre: 70% des petits Bruxellois dont la mère est originaire d'Afrique subsaharienne naissent sous le seuil de pauvreté. C'est la communauté la plus "à risque", avant les petits Maghrébins (65%), les enfants dont la mère vient d'Europe de l'Est (61%) ou de Turquie (60%). Le taux de pauvreté des petits Bruxellois d'origine belge est lui comparable à la moyenne nationale: 18,3%. Si les enfants de mères immigrées ont un risque plus élevé de décéder entre la 22e semaine de grossesse et le 7e jour de vie que les bébés belgo-bruxellois, ils ont en revanche moins de risque (à autres conditions égales) d'afficher un poids faible, révélateur de conditions défavorables au développement. Conclusion des chercheurs: si le statut social augmente les risques pour la santé du bébé, l'origine étrangère les réduit. Autre chiffre marquant: un nourrisson bruxellois sur six naît dans une famille monoparentale.