Trois personnes ont été transportées à l'hôpital dont deux pour des blessures par balle, a déclaré lors d'une conférence de presse Kevin Kolbye, le chef adjoint de la police d'Arlington, ville où se sont déroulés les faits. Il n'a pas précisé la gravité de ces blessures. La quatrième, une femme enceinte, a été soignée sur place pour des blessures légères. Trois des victimes sont des élèves et la quatrième est plus âgée, a-t-il ajouté, sans pouvoir dire si c'était un enseignant ou un membre du personnel du lycée de Timberview, qui accueillait mercredi 1.700 étudiants dans cette ville située entre Dallas et Fort Worth, dans le nord du Texas. La police a été avertie vers 09h15 (16h15 HB) de coups de feu tirés au premier étage de l'établissement. Plusieurs unités se sont rendues sur place, mais le tireur, Timothy George Simpkins, un élève âgé de 18 ans, s'était déjà enfui en voiture. Le jeune homme a contacté un avocat et s'est finalement rendu à la police, a indiqué Kevin Kolbye lors d'un point presse dans l'après-midi. Il était interrogé par les enquêteurs de la police d'Arlington et devrait être inculpé d'agression à l'aide d'une arme, selon la police. Un pistolet Colt 45, qui pourrait être l'arme utilisée, a été retrouvé dans une rue de Grand Prairie, une municipalité voisine d'Arlington, a-t-elle précisé. Selon M. Kolbye, la fusillade est le résultat d'une bagarre entre élèves dans une salle de classe. "Nous pensons qu'il y a eu une bagarre entre l'étudiant et un autre individu. Une arme a été utilisée", a-t-il dit. "Ce n'était pas un acte de violence aléatoire", a-t-il ajouté. Le lycée a été placé en confinement et les élèves se sont calfeutrés dans les classes pendant que la police effectuait des "recherches méthodiques" pour retrouver l'auteur des coups de feu. Les élèves ont ensuite été évacués en bus vers un lieu de réunion avec leurs familles. Les fusillades en milieu scolaire sont un véritable fléau dans la société américaine depuis la tuerie de Columbine, dans le Colorado, en avril 1999. Ces fusillades sont généralement répertoriées par les médias locaux, mais font rarement les gros titres des médias nationaux. Seul un bain de sang, comme dans un lycée de Parkland en Floride en février 2018, qui avait fait 17 morts, provoque aujourd'hui une onde de choc. (Belga)

Trois personnes ont été transportées à l'hôpital dont deux pour des blessures par balle, a déclaré lors d'une conférence de presse Kevin Kolbye, le chef adjoint de la police d'Arlington, ville où se sont déroulés les faits. Il n'a pas précisé la gravité de ces blessures. La quatrième, une femme enceinte, a été soignée sur place pour des blessures légères. Trois des victimes sont des élèves et la quatrième est plus âgée, a-t-il ajouté, sans pouvoir dire si c'était un enseignant ou un membre du personnel du lycée de Timberview, qui accueillait mercredi 1.700 étudiants dans cette ville située entre Dallas et Fort Worth, dans le nord du Texas. La police a été avertie vers 09h15 (16h15 HB) de coups de feu tirés au premier étage de l'établissement. Plusieurs unités se sont rendues sur place, mais le tireur, Timothy George Simpkins, un élève âgé de 18 ans, s'était déjà enfui en voiture. Le jeune homme a contacté un avocat et s'est finalement rendu à la police, a indiqué Kevin Kolbye lors d'un point presse dans l'après-midi. Il était interrogé par les enquêteurs de la police d'Arlington et devrait être inculpé d'agression à l'aide d'une arme, selon la police. Un pistolet Colt 45, qui pourrait être l'arme utilisée, a été retrouvé dans une rue de Grand Prairie, une municipalité voisine d'Arlington, a-t-elle précisé. Selon M. Kolbye, la fusillade est le résultat d'une bagarre entre élèves dans une salle de classe. "Nous pensons qu'il y a eu une bagarre entre l'étudiant et un autre individu. Une arme a été utilisée", a-t-il dit. "Ce n'était pas un acte de violence aléatoire", a-t-il ajouté. Le lycée a été placé en confinement et les élèves se sont calfeutrés dans les classes pendant que la police effectuait des "recherches méthodiques" pour retrouver l'auteur des coups de feu. Les élèves ont ensuite été évacués en bus vers un lieu de réunion avec leurs familles. Les fusillades en milieu scolaire sont un véritable fléau dans la société américaine depuis la tuerie de Columbine, dans le Colorado, en avril 1999. Ces fusillades sont généralement répertoriées par les médias locaux, mais font rarement les gros titres des médias nationaux. Seul un bain de sang, comme dans un lycée de Parkland en Floride en février 2018, qui avait fait 17 morts, provoque aujourd'hui une onde de choc. (Belga)