En reprenant cette mesure et en l'améliorant, la France pourrait "dans un délai relativement court, relancer la consommation, la croissance, tout en diminuant au départ artificiellement, puis ensuite positivement le niveau du chômage", affirme Daniel Moinier sur le site internet Economiematin.fr.

Dans les années 80, la Belgique avait eu des résultats positifs sur la remise au travail des chômeurs de longue durée. La proposition de Daniel Moinier est donc de mettre en pratique cette mesure, tout en corrigeant ses imperfections : 6 % des effectifs en entreprise seraient rémunérés grâce à leur allocation de chômage plus un complément payé par l'entreprise (sans charge salariale) pour atteindre 90 % du niveau salarial brut moyen antérieur.

Si cette mesure ne constitue pas une économie pour l'État dans un premier temps, "ce complément sera un surcroît salarial, qui fera redémarrer la consommation, l'économie et donc les embauches", explique Daniel Moinier. Il propose de commencer avec les chômeurs de longue durée, sur une période de 6 mois.

"A l'heure où notre gouvernement cherche par tous les moyens à relancer la croissance, à faire diminuer le chômage, cette proposition est bien plus pertinente que toutes celles que nous venons de subir", conclut-il.

En reprenant cette mesure et en l'améliorant, la France pourrait "dans un délai relativement court, relancer la consommation, la croissance, tout en diminuant au départ artificiellement, puis ensuite positivement le niveau du chômage", affirme Daniel Moinier sur le site internet Economiematin.fr. Dans les années 80, la Belgique avait eu des résultats positifs sur la remise au travail des chômeurs de longue durée. La proposition de Daniel Moinier est donc de mettre en pratique cette mesure, tout en corrigeant ses imperfections : 6 % des effectifs en entreprise seraient rémunérés grâce à leur allocation de chômage plus un complément payé par l'entreprise (sans charge salariale) pour atteindre 90 % du niveau salarial brut moyen antérieur. Si cette mesure ne constitue pas une économie pour l'État dans un premier temps, "ce complément sera un surcroît salarial, qui fera redémarrer la consommation, l'économie et donc les embauches", explique Daniel Moinier. Il propose de commencer avec les chômeurs de longue durée, sur une période de 6 mois. "A l'heure où notre gouvernement cherche par tous les moyens à relancer la croissance, à faire diminuer le chômage, cette proposition est bien plus pertinente que toutes celles que nous venons de subir", conclut-il.