A Bièvre, les deux entreprises Clarinval se portent bien, merci pour elles. La première est une prospère entreprise politique. David Clarinval, vice-Premier ministre MR, est le bourgmestre de cette petite commune de l'Ardenne namuroise depuis 2001. Il était alors le plus jeune bourgmestre de Belgique, et succédait à son oncle. Il y est aujourd'hui si populaire qu'aux communales de 2018 aucun Biévrois ne s'est senti l'envie de se présenter contre lui. La liste menée par David Clarinval est ainsi passée de 78 à 100 % des suffrages entre 2012 et 2018.
...

A Bièvre, les deux entreprises Clarinval se portent bien, merci pour elles. La première est une prospère entreprise politique. David Clarinval, vice-Premier ministre MR, est le bourgmestre de cette petite commune de l'Ardenne namuroise depuis 2001. Il était alors le plus jeune bourgmestre de Belgique, et succédait à son oncle. Il y est aujourd'hui si populaire qu'aux communales de 2018 aucun Biévrois ne s'est senti l'envie de se présenter contre lui. La liste menée par David Clarinval est ainsi passée de 78 à 100 % des suffrages entre 2012 et 2018. La seconde grosse entreprise biévroise, la sprl Clarinval Constructions, ne présente peut-être pas un bilan aussi impressionnant, mais il n'en est pas moins remarquable pour autant. La société fondée par le père du vice-Premier en 1987, spécialisée dans les charpentes métalliques, se positionne "comme un des acteurs majeurs en Wallonie", dit son site Internet, qui précise que l'entreprise est active "principalement sur le secteur agricole", et propose à ses clients des halls agricoles "clé sur porte", sa spécialité. Parallèlement, l'entreprise a également développé un pôle industriel, pour des "halls de commerce, entrepreneurs ou encore publics". David Clarinval travaille depuis 2005 dans la sprl paternelle, et a racheté les parts de son père, avec sa soeur et son frère, pour cent mille euros chacun, en 2014. Il en est donc depuis lors à la fois le propriétaire et le gérant, gérance mise entre parenthèses lorsqu'il est devenu ministre fédéral à l'automne 2019. Tout comme son mayorat de Bièvre, confié à un faisant fonction. Le lien tissé par Clarinval Constructions avec le "public" est si solide que la société, qui emploie 60 personnes et affiche 11,5 millions d'euros de chiffre d'affaires, est un des fleurons de la commune dirigée par David Clarinval. Lorsque la commune a inauguré un zoning industriel, en 2000, Clarinval Constructions a été parmi les premières à profiter des prix, beaucoup plus bas que ceux pratiqués sur les autres zones d'activité économique de la province de Namur. Elle y a implanté son siège, elle y a bien sûr bâti ses propres locaux, mais elle y a également érigé quelques-uns des bâtiments des sociétés voisines. Présenté comme un grand succès par David Clarinval lui-même, qui s'en félicitait cet été encore dans L'Echo, le zoning communal de Baillamont a inauguré une première extension en 2008, et le ministre wallon de l'Economie Willy Borsus a annoncé, fin 2019, avoir donné son autorisation à un nouvel agrandissement. Mais ces succès, politique et économique, des deux entreprises de David Clarinval s'appuient aussi sur de plus petites victoires. La commune qu'il dirige a, en effet, ces dernières années, commandé ou subsidié une série de chantiers auxquels a participé Clarinval Constructions. Ils ont d'ailleurs souvent été inaugurés par le bourgmestre, devant une presse locale ravie. Le site Internet de la sprl en présente d'ailleurs fièrement trois, sous l'onglet de ses réalisations : 1. La salle communale de Graide, inaugurée par le bourgmestre Clarinval en mars 2015, a été construite en partie par Clarinval Constructions, qui est intervenue comme sous-traitante de la société qui avait remporté le marché public. Lors de l'inauguration de cette infrastructure, le bourgmestre et maître d'ouvrage remerciait tous ceux qui avaient participé à son édification. Dont, bien sûr, Clarinval Constructions. La société dont le bourgmestre était alors gérant et propriétaire avait perçu, pour le lot dont elle s'était occupée, 59 358,10 euros, TVA non comprise, sur un total de 616 208,97 euros déboursés par la commune, nous a expliqué David Clarinval, qui a participé à la décision d'attribuer ce marché à la société qui en a ensuite sous-traité une partie à Clarinval Constructions. 2. Les vestiaires et la buvette du Royal Standard Football Club Bièvre, inaugurés par le bourgmestre en juillet 2018, ont été construits en partie par Clarinval Constructions, qui est intervenue comme sous-traitante de la société qui avait remporté le marché public. La société dont le bourgmestre était alors gérant et propriétaire avait perçu, pour le lot dont elle s'était occupée, 138 216,88 euros sur un total de 747 723,27 euros déboursés par la commune, nous a expliqué David Clarinval, qui a participé à la décision d'attribuer ce marché à la société qui en a ensuite sous-traité une partie à Clarinval Constructions. La commune avait, pour dégager ces fonds, décidé de vendre d'autres terrains auparavant utilisés par le club. 3. Le hall couvert et le club-house du Tennis Club de Bièvre n'ont pas été inaugurés par le bourgmestre en juin 2013. David Clarinval était indisponible à ce moment, et s'était fait représenter par le président du CPAS. Clarinval Constructions est intervenue comme sous-traitante de la société qui avait remporté l'appel d'offre, qui n'était pas un marché public. Le club de tennis, organisé en asbl, était en effet maître d'ouvrage du chantier. Il a perçu un subside régional pour environ les trois quarts du coût, et la commune a fourni un subside d'appoint. La société dont le bourgmestre était alors cadre, et dont le papa était propriétaire, avait perçu, pour le lot dont elle s'était occupée, 134 865,10 euros, nous a expliqué David Clarinval, qui a participé à la décision d'attribuer ce subside à l'asbl qui a attribué son chantier à la société qui en a ensuite sous-traité une partie à Clarinval Constructions.Ce sont ainsi quelque 331 000 euros d'argent public qui, au total, sont venus garnir le chiffre d'affaires de la société familiale après des délibérations communales. Ces délibérations, respectivement intervenues en 2013 pour la salle communale de Graide, en 2014 pour le stade de football et en 2011 pour le hall de tennis, ont précédé l'achat des parts de Clarinval Constructions par le bourgmestre de Bièvre. La sprl était alors celle de son père, dont il n'était qu'employé, ce qui change peu à l'éventuelle qualification juridique de ces opérations. L'article L-1125-10, 1°, du Code de la démocratie locale, stipule en effet qu'il est " interdit à tout membre du conseil et au bourgmestre de prendre part directement dans aucun service, perception de droits, fourniture ou adjudication quelconque pour la commune ". Les deux entreprises biévroises de David Clarinval semblent, ensemble, avoir contrevenu à ce principe. Sans doute la tutelle wallonne devra-t-elle un jour se prononcer sur cette rémunératrice complémentarité.