"La Corée du Nord viole les résolutions (de l'ONU) en important illégalement du pétrole". Ce pays "a augmenté les achats grâce notamment à de plus en plus de gros pétroliers battant pavillon étranger livrant directement (leur cargaison) à la Corée du Nord", précisent dans leur document les experts chargés de contrôler l'application des sanctions. En 2017, plusieurs séries de mesures internationales ont été imposées à Pyongyang, limitant ses importations de pétrole et interdisant ses exportations de charbon, de pêche ou de textile, afin de pousser ce pays à arrêter ses programmes d'armement nucléaire et balistique. En vain à ce jour. Le groupe d'experts indique avoir reçu, comme l'année précédente, un rapport des Etats-Unis, avec des images satellitaires et des données, couvrant une période allant du 1er janvier au 31 octobre 2019 et prouvant que les quotas d'importations autorisées de pétrole raffiné ont été dépassés. "La Russie et la Chine ont demandé des preuves supplémentaires pour émettre un jugement", écrivent les experts dans leur document auquel a eu accès l'AFP. "La Corée du Nord continue de contourner les résolutions de l'ONU en exportant de manière illicite notamment du charbon et du sable", note aussi leur rapport. Pyongyang poursuit aussi "ses importations de biens" interdits, "incluant des véhicules de luxe, de l'alcool et de la robotique". Le pays garde "un accès aux réseaux bancaires internationaux en violation des résolutions de l'ONU, via surtout des intermédiaires. Il continue d'acheter illégalement de la monnaie virtuelle et de mener des cyber-attaques contre des banques pour contourner les sanctions financières", rapportent aussi les experts. Souvent suspectée d'aider la Corée du Nord en dépit des sanctions, la Chine a souligné lundi dans un communiqué de sa mission à l'ONU avoir "toujours fidèlement et sérieusement rempli ses obligations internationales" malgré les "énormes pertes" subies par Pékin dans l'application des décisions de l'ONU. "Il est impératif (...) de faire des ajustements" au bénéfice des civils nord-coréens, a ajouté la mission chinoise, en rappelant avoir proposé fin 2019 avec la Russie une résolution permettant la levée des interdictions concernant notamment la pêche et le textile. (Belga)

"La Corée du Nord viole les résolutions (de l'ONU) en important illégalement du pétrole". Ce pays "a augmenté les achats grâce notamment à de plus en plus de gros pétroliers battant pavillon étranger livrant directement (leur cargaison) à la Corée du Nord", précisent dans leur document les experts chargés de contrôler l'application des sanctions. En 2017, plusieurs séries de mesures internationales ont été imposées à Pyongyang, limitant ses importations de pétrole et interdisant ses exportations de charbon, de pêche ou de textile, afin de pousser ce pays à arrêter ses programmes d'armement nucléaire et balistique. En vain à ce jour. Le groupe d'experts indique avoir reçu, comme l'année précédente, un rapport des Etats-Unis, avec des images satellitaires et des données, couvrant une période allant du 1er janvier au 31 octobre 2019 et prouvant que les quotas d'importations autorisées de pétrole raffiné ont été dépassés. "La Russie et la Chine ont demandé des preuves supplémentaires pour émettre un jugement", écrivent les experts dans leur document auquel a eu accès l'AFP. "La Corée du Nord continue de contourner les résolutions de l'ONU en exportant de manière illicite notamment du charbon et du sable", note aussi leur rapport. Pyongyang poursuit aussi "ses importations de biens" interdits, "incluant des véhicules de luxe, de l'alcool et de la robotique". Le pays garde "un accès aux réseaux bancaires internationaux en violation des résolutions de l'ONU, via surtout des intermédiaires. Il continue d'acheter illégalement de la monnaie virtuelle et de mener des cyber-attaques contre des banques pour contourner les sanctions financières", rapportent aussi les experts. Souvent suspectée d'aider la Corée du Nord en dépit des sanctions, la Chine a souligné lundi dans un communiqué de sa mission à l'ONU avoir "toujours fidèlement et sérieusement rempli ses obligations internationales" malgré les "énormes pertes" subies par Pékin dans l'application des décisions de l'ONU. "Il est impératif (...) de faire des ajustements" au bénéfice des civils nord-coréens, a ajouté la mission chinoise, en rappelant avoir proposé fin 2019 avec la Russie une résolution permettant la levée des interdictions concernant notamment la pêche et le textile. (Belga)