C'est dans un "village" regroupant les services de sécurité et situé cette année à proximité de la plaine du festival, et non plus en son sein, que l'ensemble des images des caméras de surveillance seront scrutées en permanence tant par la police que par les organisateurs et des sociétés privées spécialisées. En outre, dès ce mercredi et jusqu'à la fin du Pukkelpop, entrera en vigueur une interdiction de survol du site du festival, valable pour les drones ainsi que les vols militaires et privés. Les quelque 20.000 collaborateurs et volontaires ont également fait l'objet d'un screening de la part des services de sécurité. A peine dix d'entre eux ont été recalés à l'issue de la procédure. "Le Pukkelpop fait cela chaque année et cela signifie que nous contrôlons chaque année de plus en plus de personnes et que chaque année nous devons refuser de moins en moins de monde, car quelqu'un qui aurait été refusé les années précédentes ne peut plus essayer d'y rentrer", explique la bourgmestre de Hasselt, Nadja Vananroye. Les visiteurs devront cette année passer par un détecteur de métaux et seront fouillés. Leur identité sera en outre contrôlée. Enfin, un service spécial est prévu cette année pour les personnes qui voudraient revendre ou échanger leur ticket. Les tickets seront également vérifiés aux entrées pour contrôler que la personne qui présente un ticket est bien celle qui l'a racheté. (Belga)

C'est dans un "village" regroupant les services de sécurité et situé cette année à proximité de la plaine du festival, et non plus en son sein, que l'ensemble des images des caméras de surveillance seront scrutées en permanence tant par la police que par les organisateurs et des sociétés privées spécialisées. En outre, dès ce mercredi et jusqu'à la fin du Pukkelpop, entrera en vigueur une interdiction de survol du site du festival, valable pour les drones ainsi que les vols militaires et privés. Les quelque 20.000 collaborateurs et volontaires ont également fait l'objet d'un screening de la part des services de sécurité. A peine dix d'entre eux ont été recalés à l'issue de la procédure. "Le Pukkelpop fait cela chaque année et cela signifie que nous contrôlons chaque année de plus en plus de personnes et que chaque année nous devons refuser de moins en moins de monde, car quelqu'un qui aurait été refusé les années précédentes ne peut plus essayer d'y rentrer", explique la bourgmestre de Hasselt, Nadja Vananroye. Les visiteurs devront cette année passer par un détecteur de métaux et seront fouillés. Leur identité sera en outre contrôlée. Enfin, un service spécial est prévu cette année pour les personnes qui voudraient revendre ou échanger leur ticket. Les tickets seront également vérifiés aux entrées pour contrôler que la personne qui présente un ticket est bien celle qui l'a racheté. (Belga)