Les réunions de ces comités servaient à des exposés informatifs sur les plans d'investissement, la sécurité des réseaux, ainsi qu'à répondre aux questions des membres, mandataires locaux désignés par les fédérations de leurs partis pour y siéger. Dans les intercommunales, les associés publics sont déjà représentés à l'assemblée générale et au conseil d'administration. "Je n'ai pas dit que c'était des comités d'avis, même s'ils pouvaient remettre des avis", a commenté M. Simon, ne parvenant pas à répondre à la question de M. Maroy de savoir ce qui était fait des éventuels avis de ces comités. "Au fond, vous n'en attendiez rien", a insisté le député, sans obtenir de réponse. Son interlocuteur avait indiqué plus tôt que la création du premier comité de secteur (gaz) fin 2010 répondait à un besoin des communes de l'arrondissement de Verviers d'être associées à la décision, alors que l'intercommunale dans laquelle elles étaient représentées (ALG) se faisait absorber par l'ALE-Tecteo. Le flou persiste en revanche sur la motivation qui a poussé le CA de Publifin à ajouter trois comités de secteur supplémentaires en 2013. "Il y avait peut-être d'autres moyens d'informer ces représentants, sans rémunération", a commenté M. Maroy. M. Simon a assuré qu'il n'était pas au courant que les comités ne se réunissaient pas assez. "On a rappelé à plusieurs reprises que nous étions à la disposition des présidents des comités pour les faire fonctionner", a-t-il cependant ajouté. (Belga)

Les réunions de ces comités servaient à des exposés informatifs sur les plans d'investissement, la sécurité des réseaux, ainsi qu'à répondre aux questions des membres, mandataires locaux désignés par les fédérations de leurs partis pour y siéger. Dans les intercommunales, les associés publics sont déjà représentés à l'assemblée générale et au conseil d'administration. "Je n'ai pas dit que c'était des comités d'avis, même s'ils pouvaient remettre des avis", a commenté M. Simon, ne parvenant pas à répondre à la question de M. Maroy de savoir ce qui était fait des éventuels avis de ces comités. "Au fond, vous n'en attendiez rien", a insisté le député, sans obtenir de réponse. Son interlocuteur avait indiqué plus tôt que la création du premier comité de secteur (gaz) fin 2010 répondait à un besoin des communes de l'arrondissement de Verviers d'être associées à la décision, alors que l'intercommunale dans laquelle elles étaient représentées (ALG) se faisait absorber par l'ALE-Tecteo. Le flou persiste en revanche sur la motivation qui a poussé le CA de Publifin à ajouter trois comités de secteur supplémentaires en 2013. "Il y avait peut-être d'autres moyens d'informer ces représentants, sans rémunération", a commenté M. Maroy. M. Simon a assuré qu'il n'était pas au courant que les comités ne se réunissaient pas assez. "On a rappelé à plusieurs reprises que nous étions à la disposition des présidents des comités pour les faire fonctionner", a-t-il cependant ajouté. (Belga)