Egalement propriétaire du Paris Saint-Germain, l'émir y avait invité le chef de la diplomatie belge, professionnel de la géopolitique et grand amateur de ballon rond (on l'a davantage vu en Russie, lors de la dernière Coupe du monde, que Vladimir Poutine), au soir de sa vis...

Egalement propriétaire du Paris Saint-Germain, l'émir y avait invité le chef de la diplomatie belge, professionnel de la géopolitique et grand amateur de ballon rond (on l'a davantage vu en Russie, lors de la dernière Coupe du monde, que Vladimir Poutine), au soir de sa visite officielle à Bruxelles. Le Vif/L'Express n'avait pu en savoir plus sur un déplacement qualifié de " strictement privé " par le porte-parole du ministre des Affaires étrangères. " Comme si l'invitation d'un chef d'Etat arabe accusé de favoriser le communautarisme à Bruxelles à un chef de la diplomatie belge qui n'a de cesse de dénoncer le communautarisme à Bruxelles n'était qu'une soirée entre potes ", concluions-nous. Le 22 mars, à la Chambre, Benoit Hellings déposait une question écrite à Didier Reynders, notamment sur les conditions de ce déplacement parisien. Le 5 juillet, le député Ecolo devait envoyer au cabinet Reynders une lettre, pour demander qu'une réponse lui soit enfin formulée. Le ministre MR y a consenti le 11 juillet. Précisant qu'il a été " invité par l'émir ", que " ce déplacement ne faisait pas partie du programme officiel de la visite de l'émir mais a permis de continuer nos échanges de façon informelle ", qu'il s'est effectué " en avion pour y aller et en voiture pour rentrer, le soir même " et qu'il " n'a pas suscité de frais de sécurité ni de logement ".