A l'invitation du KVHV, le chirurgien plastique Jeff Hoeyberghs a donné une conférence le 4 décembre dernier au cours de laquelle il a tenu des propos sexistes. "Les femmes veulent les privilèges de la protection masculine et de l'argent, mais elles ne veulent plus ouvrir les jambes", a-t-il par exemple lancé. "On ne peut pas traiter une femme sur un pied d'égalité sans devenir son esclave", a-t-il ajouté.

"Contradiciton flagrante" avec les valeurs de l'Université de Gand

L'Université de Gand s'est clairement distanciée de ces déclarations, en "contradiction flagrante" avec ses valeurs, a réagi le recteur Rik Van de Walle. Celui-ci a demandé aux affaires étudiantes de l'université d'étudier une proposition de suspension temporaire du KVHV. La proposition a ensuite été soumise au conseil social, qui a donc conseillé mercredi de suspendre l'association pour quatre mois.

La décision définitive est attendue vendredi.

A l'invitation du KVHV, le chirurgien plastique Jeff Hoeyberghs a donné une conférence le 4 décembre dernier au cours de laquelle il a tenu des propos sexistes. "Les femmes veulent les privilèges de la protection masculine et de l'argent, mais elles ne veulent plus ouvrir les jambes", a-t-il par exemple lancé. "On ne peut pas traiter une femme sur un pied d'égalité sans devenir son esclave", a-t-il ajouté. L'Université de Gand s'est clairement distanciée de ces déclarations, en "contradiction flagrante" avec ses valeurs, a réagi le recteur Rik Van de Walle. Celui-ci a demandé aux affaires étudiantes de l'université d'étudier une proposition de suspension temporaire du KVHV. La proposition a ensuite été soumise au conseil social, qui a donc conseillé mercredi de suspendre l'association pour quatre mois. La décision définitive est attendue vendredi.