Un million et demi de personnes sont concernées par cette phase, selon Sabine Stordeur, membre de la taskforce Vaccination. "Leur pathologie augmente le risque de symptômes graves, d'hospitalisation et de décès en cas d'infection" au Covid-19, a-t-elle souligné mardi lors de la conférence de presse de l'Institut de santé publique Sciensano et du centre de crise. Dès la fin de cette semaine, les mutualités vont établir la liste des patients à risque sur base des médicaments consommés. A partir du vendredi 2 avril, les médecins généralistes pourront également y intégrer leurs patients à risque. Parallèlement, des médecins spécialistes pourront y ajouter des personnes atteintes de maladies rares. "La vie privée des patients est absolument respectée", a assuré Mme Tordeur. "La seule information contenue dans cette base de données est: cette personne représente un risque accru". La liste ne contient donc aucune information sur la nature de ce risque ou sur la comorbidité en question. Les personnes reprises sur la liste et donc considérées à risque recevront une invitation dans les prochaines semaines pour se rendre dans un centre de vaccination. Tout citoyen qui souhaite vérifier s'il est repris sur la liste pourra le faire à partir du 8 avril en se rendant sur le site www.myhelathviewer.be. Actuellement, 1.260.303 Belges ont reçu une première injection de vaccin, ce qui équivaut à 13,7% de la population adulte belge. Une deuxième dose a été administrée à 512.447, soit 5,6 % de la population. Ainsi, près de 6% des plus de 18 ans disposent d'une couverture vaccinale complète. (Belga)

Un million et demi de personnes sont concernées par cette phase, selon Sabine Stordeur, membre de la taskforce Vaccination. "Leur pathologie augmente le risque de symptômes graves, d'hospitalisation et de décès en cas d'infection" au Covid-19, a-t-elle souligné mardi lors de la conférence de presse de l'Institut de santé publique Sciensano et du centre de crise. Dès la fin de cette semaine, les mutualités vont établir la liste des patients à risque sur base des médicaments consommés. A partir du vendredi 2 avril, les médecins généralistes pourront également y intégrer leurs patients à risque. Parallèlement, des médecins spécialistes pourront y ajouter des personnes atteintes de maladies rares. "La vie privée des patients est absolument respectée", a assuré Mme Tordeur. "La seule information contenue dans cette base de données est: cette personne représente un risque accru". La liste ne contient donc aucune information sur la nature de ce risque ou sur la comorbidité en question. Les personnes reprises sur la liste et donc considérées à risque recevront une invitation dans les prochaines semaines pour se rendre dans un centre de vaccination. Tout citoyen qui souhaite vérifier s'il est repris sur la liste pourra le faire à partir du 8 avril en se rendant sur le site www.myhelathviewer.be. Actuellement, 1.260.303 Belges ont reçu une première injection de vaccin, ce qui équivaut à 13,7% de la population adulte belge. Une deuxième dose a été administrée à 512.447, soit 5,6 % de la population. Ainsi, près de 6% des plus de 18 ans disposent d'une couverture vaccinale complète. (Belga)