Selon le tribunal de première instance, l'entreprise avait continué à utiliser de l'amiante et minimisé sa dangerosité alors qu'elle la connaissait. Eternit a fait appel de cette condamnation.

Françoise Vannoorbeeck-Jonckheere avait intenté une action en justice contre Eternit après avoir été atteinte d'un mésothéliome. Cette infection avait été causée par l'amiante, utilisée par Eternit, entreprise située près de son domicile à Kapelle-op-den-Bos. Elle est décédée en 2000. Son mari, Pierre Jonckheere, qui vivait près de l'entreprise et y travaillait également, est décédé du même mal en 1987. Atteints eux aussi du mésothéliome, deux des cinq fils du couple sont décédés en 2003 et en 2009.

"Eternit a menti pendant des années sur les dangers de l'amiante et a ensuite dissimulé les faits", dénonce Eric Jonckheere, un des fils du couple. "Les personnes malades ont reçu une compensation tant qu'elles n'attaquaient pas l'entreprise en Justice. Les victimes qui voulaient faire appel au Fonds amiante devaient renoncer aux actions judiciaires. Ma mère a également reçu une proposition de compensation du CEO d'Eternit mais elle a refusé. Elle avait raison, il faut mettre fin à cette omerta."

Selon le tribunal de première instance, l'entreprise avait continué à utiliser de l'amiante et minimisé sa dangerosité alors qu'elle la connaissait. Eternit a fait appel de cette condamnation.Françoise Vannoorbeeck-Jonckheere avait intenté une action en justice contre Eternit après avoir été atteinte d'un mésothéliome. Cette infection avait été causée par l'amiante, utilisée par Eternit, entreprise située près de son domicile à Kapelle-op-den-Bos. Elle est décédée en 2000. Son mari, Pierre Jonckheere, qui vivait près de l'entreprise et y travaillait également, est décédé du même mal en 1987. Atteints eux aussi du mésothéliome, deux des cinq fils du couple sont décédés en 2003 et en 2009."Eternit a menti pendant des années sur les dangers de l'amiante et a ensuite dissimulé les faits", dénonce Eric Jonckheere, un des fils du couple. "Les personnes malades ont reçu une compensation tant qu'elles n'attaquaient pas l'entreprise en Justice. Les victimes qui voulaient faire appel au Fonds amiante devaient renoncer aux actions judiciaires. Ma mère a également reçu une proposition de compensation du CEO d'Eternit mais elle a refusé. Elle avait raison, il faut mettre fin à cette omerta."